Fier de l'UQTR!

L'Université du Québec à Trois-Rivières... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'Université du Québec à Trois-Rivières

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

La ville de Trois-Rivières est bénie des dieux de posséder une université. Car son statut de ville universitaire est un facteur d'attrait et une source intarissable de qualité de vie. D'un certain discours public actuel à l'endroit de l'Université, Trois-Rivières ne peut gagner au change.

Une université est fragile. Les intrigues administratives entourant notre université accentuent sa fragilité. Par exemple, nous nous sommes retrouvés avec une enquête sur le moral des cadres. C'était singulier! Tout homme raisonnable se serait attendu du contraire: que les cadres sondent le moral de leurs subalternes afin d'en tenir compte au mieux pour leur propre gouverne.

Les cadres de l'UQTR sont des gens d'une belle qualité et de commerce agréable. Probablement issu d'une forme d'héritage légué par notre structure industrielle d'antan, nous avons assisté à l'UQTR à un certain clivage entre l'intellectualisme et un management «postfordiste» érigé en silos. J'évoque là une situation vieille d'au moins une quinzaine d'années.

Pour un manager traditionnel, l'intellectualisme comporte un volet déroutant. À la blague, un étudiant me posait la question suivante: «Professeur Bernatchez, définissez moi ce qu'est un intellectuel?» Et celui-ci sans attendre, me dire: «Un intellectuel, c'est un citoyen de bonne foi que le fait d'être incompris rassure!» Mais une université ne saurait prétendre en être une si elle n'est pas dirigée par des intellectuels.

Les anecdotes et les faits négatifs rapportés dans les médias d'information ne traduisent pas les réalités institutionnelles essentielles de l'UQTR. Les étudiants qui y préparent leur carrière ont été choisis parmi les meilleurs. Ses ressources humaines sont globalement d'une qualité sans faille.

Comme chercheur du domaine, je puis affirmer que les conditions de travail des cadres de l'UQTR sont parmi les meilleures au Québec. En effet, ils bénéficient d'une sécurité d'emploi à vie après quatre années de service. C'est dans ce contexte que quelques cadres ont quitté où furent largués. Mais ils ont généralement conservé leur salaire ou ils ont obtenu un autre emploi. Pendant ce temps, l'Université augmentait appréciablement sa clientèle étudiante et développait plusieurs programmes d'avenir.

L'UQTR ne peut faire éternellement l'objet d'un problème hebdomadaire dans les médias d'information régionaux. Il est approprié de comprendre ce qui s'est passé depuis quelques années au niveau managérial. S'il y a eu faute en regard des règles ou des principes d'usage en ce pays, la population est en droit d'être informée et des mesures correctives appropriées doivent être prises. Subséquemment, il est impératif de passer à autre chose.

Notre université n'est pas parfaite. Mais son oeuvre est exemplaire et nous sommes chanceux de l'avoir. Si l'on prenait le temps de faire un sondage sur le moral des travailleurs de l'UQTR, il y aurait certes des sources d'insatisfaction, mais globalement, le taux de satisfaction au travail qui en émergerait serait très probablement plus élevé que celui de la plupart des entreprises de la région.

La loi accorde des recours contre un employeur lors d'un congédiement. C'est le strict droit des cadres concernés et ils le font valoir. L'expression d'un droit ne lèse personne. Toutefois, parmi les retraités de l'UQTR ou parmi ceux qui l'ont quittée, il s'en trouve pour la dénigrer. Si l'Université devait en payer éventuellement un prix élevé, ces derniers pourront poursuivre leur route avec leur rente indexée. Mais tel ne sera pas le cas pour ceux qui à l'UQTR ont encore une carrière devant eux. La meilleure façon d'apprécier son employeur est de se demander ce qui se produirait s'il disparaissait.

Jean-Claude Bernatchez, Ph. D.

Professeur titulaire en relations industrielles

UQTR

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer