Une pharmacienne qui fait la différence

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Nouvelliste

Le gouvernement s'apprête à faire une grave erreur qui nuira aux services en pharmacie en implantant le projet de Loi 28, un gouvernement qui ne comprend clairement pas ce que je fais comme pharmacienne. Je ne sers pas des pilules; je soigne des patients chaque jour et je fais la différence.

Je supporte un aidant naturel qui n'a personne pour l'aider lui. Je livre des antidouleurs le dimanche soir après mon quart de travail parce que le patient a une douleur atroce qui l'empêche de se déplacer et qu'il n'a aucun proche pour l'aider. Je rassure au téléphone une maman désemparée qui est en panique parce que son premier enfant pleure depuis des heures. Je dirige un patient à l'urgence alors qu'il me demande une petite crème parce qu'il laisse traîner une infection grave depuis des mois qui risque de lui coûter un orteil.

J'accompagne un patient diabétique complètement déstabilisé qui ne sait pas quoi faire en ce congé de Noël, alors que tous les intervenants qui le suivent sont en congé. J'aide au meilleur de mes connaissances une patiente gravement brûlée qui n'a aucune intention de se rendre à l'urgence malgré mon insistance. Je convaincs un patient sous anticoagulant d'appeler l'ambulance alors qu'il veut un sirop parce qu'il est en train de faire une embolie pulmonaire et pas un simple rhume. J'attrape au vol une patiente qui vient de tomber enceinte alors qu'elle prend un médicament tératogène qu'elle prévoyait continuer de prendre sans se questionner.

Des exemples comme ça, je peux vous en donner des centaines. Et tout ça, je le fais sans frais pour personne et sans même vendre un seul produit.

Oui, je charge des honoraires à chaque fois que je sers un médicament parce que non, je ne peux malheureusement pas tout faire bénévolement. Avec les coupes qui sont à nos portes, sans vouloir attirer la pitié, j'ai peur pour l'avenir de ma profession. J'ai peur que la première question qu'on vous pose quand vous appellerez à l'aide sera votre numéro de carte de crédit.

Comme pharmacienne, je fais vraiment une différence dans la santé de mes patients et je veux continuer de le faire sans barrière.

Laurie Lebel-Damphousse

Pharmacienne

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer