Shawinigan a le dos large

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Nouvelliste

Je suis natif de Shawinigan et j'ai toujours un petit pincement au coeur, surtout quand j'entends toutes sortes de commentaires négatifs bien souvent amplifiés par de prétendues lumières, protecteurs de la veuve et de l'orphelin devant qui il faudrait se prosterner parce qu'ils bidouillent quelques termes de dictionnaire. Ils nous rabattent les oreilles avec les droits de la personne alors qu'ils semblent oublier que les citoyens ont aussi des droits.

L'événement de la mosquée de Shawinigan en est un de démocratie. Peu importe ce qu'en disent ses détracteurs, les gens présents avaient le droit fondamental de s'exprimer. Je précise «les gens présents», parce que les absents ont toujours tort.

Je ne demeure plus à Shawinigan, mais je suis tellement fatigué de voir toutes sortes de personnages,déverser leur fiel sur une ville et un maire qui font tout pour garder la tête hors de l'eau et redonner un peu de lustre d'antan à cette ville. Si le maire n'avait pas respecté l'avis de ses citoyens, on l'aurait crucifié, mais en respectant l'opinion des citoyens présents, il se fait aussi crucifier... Y'en aura pas de facile, comme disait le défunt Claude Ruel.

Ce qui me réconforte dans cette histoire, c'est l'exemple que donnent les principaux intéressés, soit les représentants de la communauté musulmane qui disent comprendre la pression subie par le conseil municipal dans le contexte actuel et qui suggèrent de laisser retomber la poussière pour la suite des choses. Je crois que Shawinigan pourrait être un très bon exemple pour démontrer que l'éducation est une meilleure arme que la dérision, spécialité de certains de nos petits amis de Trois-Rivières dont un journaliste qui pousse la stupidité à comparer Shawinigan à Hérouxville juste pour faire un gros titre croustillant.

Une chance que certains citoyens et journalistes de Trois-Rivières ne sont pas de confession musulmane, parce qu'ils auraient presque déchiré leur chemise en décrétant une fatwa contre la ville de Shawinigan, contrairement à monsieur Bégin Garti, membre de la communauté musulmane, qui semble être quelqu'un de respectueux et posé. Le genre de personne qui pourrait peut-être faire bouger les choses de façon positive.

Alain Auger

Saint-Étienne-des-Grès

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer