Mosquée et hostilité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Pourquoi bien des gens à Shawinigan viennent-ils de s'adresser en catimini à leurs conseillers municipaux ou à leur maire pour manifester leur opposition à l'établissement d'une mosquée chez eux? Dans le fond, c'est qu'on a du mal à concevoir que «nos» Mauriciens de confession musulmane aient envie de pratiquer une religion qui, ailleurs, entraîne les débordements que l'on sait...

A-t-on besoin, en tout respect, d'une foi, d'une pratique religieuse qui, ailleurs dans le monde, est utilisée pour terroriser les populations? N'a-t-on pas envie de l'abandonner, sa foi, sinon sa pratique?

Le message que les gens à Shawinigan viennent d'adresser aux musulmans de chez nous est celui-ci: pourquoi vous encombrer d'une religion pareille? Soyons agnostiques, voire athées, et vivons en paix! On veut bien faire preuve d'ouverture, mais n'a-t-on pas le droit, également, de critiquer la religion? D'être hostiles à toutes religions?

Au Québec, nous avons en majorité, il y a plusieurs années, eu le génie d'envoyer promener le catholicisme et nous nous en portons mieux!

Cependant, au nom de la liberté religieuse et de croire ou de ne pas croire, souhaitons que le cas de Shawinigan finisse par s'arranger avec classe, mais, à tout le moins, songeons que la religion ne devrait pas exister; celle-ci s'est interposée entre les gens et Dieu. Et «Dieu, c'est une hypothèse» comme le disait Napoléon. «Mais que foutait Dieu avant la Création?» demandait Samuel Beckett.

Réjean Martin

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer