Ce sont bien eux qui terrorisent

Le premier ministre Stephen Harper: la stratégie de... (Archives Le Droit)

Agrandir

Le premier ministre Stephen Harper: la stratégie de l'épouvantail.

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Selon Wikipedia, le terrorisme c'est l'emploi de la terreur à des fins politiques, religieuses ou idéologiques. Comme l'économie pétrolière va mal et que, de ce fait, les conservateurs vont manquer d'argent pour distribuer aux contribuables des cadeaux électoraux, ils se tournent vers leur autre arme de prédilection: l'épouvantail de la terreur.

Ils font ce qu'ils prétendent combattre: ils font peur aux gens avec la menace terroriste imminente et contre laquelle les conservateurs sont les seuls à pouvoir nous protéger. Eux et personne d'autre. Bien que cette menace soit réelle, ils ne se gênent pas pour l'amplifier et s'en servir afin de répandre l'obscurantisme et contrôler toujours plus la vie des Canadiens.

Le prix à payer pour leur protection, parce qu'il y en a un, c'est qu'il faut leur signer un chèque en blanc. Il faut leur laisser regarder chaque courriel, chaque lettre, chaque paquet expédié ou reçu. Ils doivent être au courant de chaque site internet que nous allons visiter. Ils veulent pouvoir emprisonner quiconque leur semble louche. Chaque déclaration d'impôt pourrait être transmise aux corps policiers sans que vous soyez mis au courant, juste sur les soupçons d'un simple fonctionnaire.

Nous ne sommes pas très loin de la Loi des mesures de guerre utilisée en 1970 par Trudeau ou du mode de vie de l'Allemagne de l'Est des années 1960. Déjà, si les corps policiers et le SCRS, (les services secrets canadiens) qui vont hériter de pouvoirs très élargis, avaient fait preuve de compétence et de jugement dans la prévention des actes terroristes, on pourrait dire OK. Mais juste lors de l'attentat qui a coûté la vie à un militaire à Saint-Jean-sur-Richelieu, les corps policiers savaient, le tueur était suivi, ses allégeances connues, mais il a quand même frappé. Avant de leur donner des pouvoirs sans limites, il faudrait peut-être qu'ils utilisent bien ceux qu'ils ont déjà.

Alors pour éviter les questions et obtenir au plus vite des pouvoirs leur permettant de contrôler la vie des Canadiens, les conservateurs nous assomment avec la menace terroriste qui guette à chaque coin de rue et à chaque moment. Peut-être que si le Canada reprenait son rôle traditionnellement moins militariste, on y gagnerait. Si le Canada veut jouer un rôle de leader dans le monde, peut-être y aurait-il d'autres moyens que de donner des coups de poing sur la table. Quoi qu'il en soit, si on les laisse faire sans rien dire en pliant sous la terreur des conservateurs, on risque fort de se réveiller dans un état quasi-policier plus tôt qu'on le pense et alors il sera trop tard, ils auront quatre autres années pour resserrer leur emprise sur les Canadiens et contrôler chaque aspect de notre vie privée.

Fidèles à eux-mêmes, ils vont nous sortir le fameux «si vous n'avez rien à cacher, vous n'avez rien à craindre». Mais ils pourront quand même fouiller à leur guise dans nos vies. Ça, c'est un prix que je ne suis pas prêt à payer s'il faut étouffer la liberté parce qu'alors, il ne restera plus rien à protéger.

Luc Gélinas

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer