Julie Bouletet la Mauricie: les sacrifiées

La députée de Laviolette, Julie Boulet.... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La députée de Laviolette, Julie Boulet.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

L'auteur, Yves-François Blanchet, a été ministre responsable de la Mauricie dans le gouvernement Marois. Il est aujourd'hui analyste et animateur à 106,9 FM Mauricie.

Un huissier aurait visité Julie Boulet. On aura eu la courtoisie de l'aviser qu'elle serait l'objet d'un «blâme» de la Commission Charbonneau. Par omissions, mensonges et maladresses, Madame Boulet, qui siège encore au Parlement, y a fait bien mauvaise figure.

Pendant ce temps, ex-ministres des Transports aussi, Sam Hamad et Pierre Moreau ne sont pas inquiétés par la Commission. Le ministère des Transport est pourtant au centre de l'arsenal de financement occulte du Parti libéral de Jean Charest. Et que dire de Philippe Couillard qui n'a pas reçu d'invitation de la juge Charbonneau alors que des agents de l'UPAC l'ont attendu devant la porte chez lui? Il aurait pu éclairer les fraudes alléguées de son intime Arthur Porter. Comme la mémoire des témoins, l'hospitalité de la Commission semble étrangement sélective.

Être nommé lors des audiences de la Commission Charbonneau ou y comparaître peut causer des dommages importants. Julie Boulet a été jetée en pâture à la Commission par un premier ministre hostile depuis cette lointaine affaire d'échantillons à la pharmacie de madame Boulet. Imagine-t-on Julie Boulet solliciter un emploi dans le secteur privé affublée de ce grelot au mollet? Croit-on que le Parti libéral du Canada, qui aurait remporté le siège de Trois-Rivières avec une telle candidature, la reluque encore du coin de l'oeil? Entretient-on encore la lubie d'un retour de Julie Boulet au conseil des ministres?

La bouillante députée de Laviolette s'est sacrifiée pour protéger son parti puis s'est faite discrète et docile, tout ça dans l'espoir d'être réhabilitée dans les bonnes grâces de Philippe Couillard. L'exclusion de Julie Boulet du conseil des ministres est une insulte, son abandon aux mains de la Commission Charbonneau une trahison et ce blâme une mise à mort politique.

Pendant ce temps, en Mauricie, des entreprises ferment, des emplois se perdent, des projets et ressources sont déplacés vers des régions qui figurent mieux dans les plans du PLQ, et Bécancour se ratatine. Le ministre responsable de la région, Jean-Denis Girard, est un type sympathique. Il fait un intéressant travail de représentation du gouvernement auprès de certains milieux économique, il livre les messages souvent creux des patrons Daoust et Couillard dans la région, il ne fait de mal à personne, mais de bien pas davantage. Son mentor, le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque, s'en impatiente de plus en plus ouvertement, tout comme celui de Bécancour.

On peut ne pas aimer le style à l'emporte-pièce de Julie Boulet, sa démagogie et ses crises puériles au Salon bleu, ses maladresses et ses oublis devant la juge Charbonneau, ses attaques sur la fermeture de Gentilly-2 alors que son propre gouvernement avait pris cette même décision sans le courage de le dire ou de compenser par un fonds de diversification économique, mais on lui concédera ceci: Julie Boulet est combative, dévouée à sa région et appréciée de ses électeurs. Dans une région comme la Mauricie qui est représentée en entier par cinq députés libéraux, ce sont des vertus qui font gravement défaut. La politique d'austérité de ce gouvernement, inspirée des pires échecs en Europe, cause un tort irréparable à la Mauricie.

Qu'on soit libéral ou pas, on admettra que Julie Boulet a été instrumentalisée par son propre parti et que la Mauricie a plus que jamais besoin qu'elle soit conviée de nouveau, au nom des régions, à la table du conseil des ministres. Les péquistes peuvent l'endurer pour quatre ans. Je m'y ferai sans mal. Il y en a des pires sur les banquettes arrière des voitures de fonction.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer