Moi, paresseuse?

Le projet de loi 20 du ministre de...

Agrandir

Le projet de loi 20 du ministre de la Santé: quel futur pour les médecins de famille?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Je voulais réagir au projet de loi 20. Je suis une femme, médecin de famille et mère de deux merveilleux enfants. Parmi les meilleures de ma promotion, autant au primaire, qu'au secondaire, qu'au collégial, admise à la Faculté de médecine, j'ai fait le choix de devenir omnipraticienne. Le choix, non par dépit d'une autre spécialité, mais par conviction.

J'ai fait le choix de devenir médecin de famille pour le lien unique qu'il permet avec le patient, et ce lien j'y tiens fermement. Je crois que je peux faire la différence pour mes patients, à défaut de pouvoir sauver le monde. Je tiens à garder cette relation d'écoute et de soutien, je veux prendre le temps nécessaire quand la situation l'exige... ce qui s'avérerait très difficile si cette loi est adoptée.

J'ai choisi, comme médecin de famille, de travailler en équipe, avec des gens fabuleux. Je vois tous les jours l'avantage de se concerter pour le bien des patients. J'ai peur que les conditions projetées nous confinent au travail en silo, dans la peur de ne pas atteindre les objectifs individuels. Nous avons fait de grands pas dans l'interdisciplinarité avec les coops et les GMF, veut-on retourner en arrière?

Je conviens que plusieurs personnes n'ont pas la chance d'avoir un médecin, j'en fais partie. Je sais que chacun de mes collègues, tout comme moi, ressent cette pénurie tous les jours, et est soucieux de la situation. Je veux faire partie de la solution, mais refuse d'être tenue comme seule responsable du problème. Je suis interpellée par la santé de toute la population, incluant la mienne, celle de ma famille, celle de mes confrères et celle de mes futurs confrères.

À un sondage, en novembre 2014, plus de 30 % de mes collègues disaient être anxieux ou fatigués; récemment, le décès tragique d'une résidente en médecine nous a secoués... qu'en sera-t-il du futur? Ce projet de loi m'ébranle plus que je ne peux l'énoncer. Paresseuse, je ne crois pas.

Dre Karine Talbot

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer