Journée sans achat

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Nouvelliste

Comme chaque année, la date du 28 novembre correspond à deux événements dont la portée et la signification sont diamétralement opposées. D'un côté, le Black Friday, grande messe de la consommation publicisée et très bien connue du grand public, et de l'autre, la Journée sans achat, un événement international qui, malgré son importance symbolique et les valeurs saines qu'il véhicule, est ignoré de la population en général.

Il ne faut pas chercher de midi à quatorze heures pour comprendre pourquoi le Black Friday a plus de résonance. Les sommes investies en publicité sont colossales autant dans les médias traditionnels que sur le web. C'est pourquoi l'équipe du Centre d'intervention budgétaire et sociale de la Mauricie souhaite informer la population sur cette journée et ses enjeux.

La société de consommation et les pratiques publicitaires qui y sont associées sont la cause d'une multitude de problèmes. D'abord, l'incitation à la consommation résulte souvent en l'utilisation du crédit. Non seulement par le biais des cartes de crédit, mais également par les ententes de paiement du genre «achetez maintenant, payez plus tard».

Pour bien des acheteurs, les dépenses à crédit entraînent des frais d'intérêts élevés qui chamboulent leur organisation budgétaire. En cette période de foisonnement publicitaire, particulièrement autour du fameux Black Friday, il est important de garder en tête les impacts à long terme de nos achats à crédit, particulièrement pour ceux qui vivent avec une insécurité face à leurs revenus.

Le message véhiculé par la Journée sans achat ne se borne pas aux considérations budgétaires des familles et des individus. En effet, l'événement souligne également les répercussions de la société de consommation sur l'environnement. On peut notamment mentionner l'énorme quantité de déchets produits, le suremballage et toute la pollution reliée aux transports des biens de consommation.

L'idée est de conscientiser la population à la réalité cachée derrière l'action toute simple d'acheter. Bien sûr, nous comprenons que tous les achats ne sont pas superflus, que les familles ont des besoins et des aspirations. Toutefois, nous souhaitons que la Journée sans achat permette une réflexion et une réévaluation de ces besoins et aspirations afin d'en déterminer la légitimité et surtout l'impact réel qu'ils peuvent avoir sur nos vies, qu'ils soient positifs ou négatifs.

La participation à la Journée sans achat n'engage à rien et permet de réfléchir sur nos habitudes de consommation tout en accordant un répit à notre portefeuille. Profitons du début de la période des Fêtes pour recentrer notre bien-être autour de choses qui ne coûtent rien. Aujourd'hui, faisons un pied de nez aux soldes du Black Friday et accordons-nous le droit d'être heureux sans consommer: participons à la Journée sans achat! Pour avoir plus d'informations sur la Journée sans achat visitez le site web de l'évènement au: http://journeesansachat.simplicitevolontaire.org/journee-sans-achat/.

Aubert Forest

Conseiller budgétaire Cibes Mauricie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer