Non au projet de loi 10

Le ministre Gaétan Barrette.... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre Gaétan Barrette.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le projet de loi 10 a été rejeté par l'ensemble des acteurs oeuvrant dans le domaine de la santé et des services sociaux qui souhaitent faire connaître au grand public les véritables conséquences qu'entraîneront une telle réforme d'austérité.

Le ministre Barrette endort la population en affirmant que sa réforme permettra d'économiser 220 millions $ annuellement (mais ceci à compter de 2017-2018). Ces prévisions sont très hypothétiques et soumises à d'innombrables variables à prévoir dans les coûts de transition, ceux-ci étant absents dans les prévisions du gouvernement.

Le ministre a cependant admis que la réforme entraînera des coûts supplémentaires de 150 millions $ en 2015-2016... Donc, peu d'économies pour un virage d'une telle ampleur et qui causera fort probablement une grande quantité de mauvaises surprises pour la population et pour les travailleuses et travailleurs de la santé, à commencer par le chaos à prévoir pour les prochaines années afin de rendre fonctionnels ces énormes CISSS.

De plus, ce système créé pour les amis du Parti libéral, donne au ministre un contrôle total et sans précédent sur le système de santé. En effet, celui-ci veillera à planifier, organiser et superviser les soins de santé pour tout le territoire québécois. Il se donne également le pouvoir de nommer lui-même les pdg pour chacune des régions ainsi que les administrateurs, ouvrant ainsi grande la porte au favoritisme et au copinage, choses qui font partie du curriculum vitae des libéraux depuis maintenant belle lurette.

Dans cette honteuse réforme, notons également les préoccupations des régions. Il est à prévoir que certains services soient centralisés dans les grands centres, ce qui nuira considérablement à l'accessibilité des soins et au droit de choisir son lieu de traitement; personne ne veut qu'on lui impose le CHSLD où vivront ses parents, c'est inacceptable, c'est inhumain.

Le ministre pourra intervenir dans la conclusion d'ententes entre les établissements de santé publics et privés pour certaines missions, ce qui engendrera une accélération de la privatisation et de la sous-traitance du réseau. Selon les experts du FMI et de l'OCDE, l'austérité accroît les inégalités sociales et accentue le ralentissement économique. L'austérité est inefficace pour relancer l'économie.

Pourquoi notre gouvernement s'entête-t-il? Il clame depuis plusieurs années que le Québec est dans le rouge et pour justifier l'austérité, il remet en question nos programmes publics au profit du privé, satisfaisant ainsi les gros lobbys du milieu des affaires. Souvenons-nous que l'objectif général, comme libellé dans le projet de loi, est de «simplifier l'accès aux services pour la population, de contribuer à l'amélioration de la qualité et de la sécurité des soins et d'accroître l'efficience et l'efficacité de ce réseau». On en est loin.

Des solutions simples aux coûts de la santé existent à commencer par accroître les services de prévention et de santé publique. Mais tout d'abord, il faut dire non au projet de loi 10. La population est invitée à participer massivement aux manifestations, aux pétitions et à tout autre geste de protestation contre cette loi précipitée et antidémocratique.

Une grande manifestation contre les mesures d'austérité aura lieu simultanément à Montréal et à Québec le 29 novembre. Cette manifestation vise à regrouper tous les citoyens qui veulent défendre un système de santé public universel.

Claude de Montigny

Président

Fédération des syndicats de la santé et des services sociaux (F4S-CSQ)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer