Quel avenir pour les Diablos?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Tout d'abord, il est primordial de saluer les 22 ans de Martin Croteau à la barre de l'équipe de football des Diablos du Cégep de Trois-Rivières. Coach Croteau a donné le meilleur de lui-même dans les hauts et les bas des différentes saisons. Force est de constater, aujourd'hui, que depuis au moins les quatre dernières années, il a voulu sauver un sport qu'il adore et ce contre vents et marées.

La décision du Cégep de Trois-Rivières d'embaucher un entraîneur à temps plein pour le programme de football est bénéfique. Regardons qui, régionalement, pourra prendre la relève.

Le premier nom en lice est Hugo Gélinas, entraîneur et responsable du programme de football au Séminaire Saint-Joseph. Gélinas serait peut-être intéressé au défi à condition qu'on lui offre les mêmes conditions salariales et avantages sociaux qu'il reçoit au STR où il est professeur à temps plein.

Ensuite, on peut regarder du côté du clan Dussault chez les Estacades. Le père et le fils Dussault sont nouveaux dans cette aventure et pour l'une des premières fois, ce programme a une colonne vertébrale; pas certain que l'un des deux fera le saut.

Jimmy Thompson des Gothics de l'école secondaire des Pionniers se retrouve dans la même situation que Gélinas du STR, à défaut que son programme renaisse; et il en est le père spirituel.

Il en reste quelques autres, mais ils ont déjà été associés aux Diablos et à ce stade il ne faut pas que les fantômes reviennent envahir le culte du football collégial mauricien. Mais dans cette démarche de la direction du Cégep, il y a des questions à se poser.

Depuis plusieurs années, les rumeurs courent dans les corridors de l'institution que le programme de football est sur le respirateur artificiel. Aussi, l'annonce de l'ouverture d'un poste d'entraîneur à temps plein, plus un coordonnateur à temps plein pour la saison de football, et ce, le jour même où le Syndicat des professeurs s'indigne des coupes dans le budget d'opération du Collège, comme diraient les spécialistes en communication: mauvais timing.

Est-ce que les dirigeants vont sacrifier un service offert actuellement à la collectivité étudiante au profit de 50 joueurs de football? Si la réponse est positive, bien fait pour la survie du football régional, mais il y a un Syndicat qui va monter aux barricades. Si les rumeurs se veulent véridiques, la direction du Cégep vient de se trouver un coupable pour finalement abolir le programme de football. Quoi qu'on en dise, le football est plus qu'un sport. C'est une école de vie pour les adolescents et les décideurs de demain.

La famille Tanguay a sauvé le football dans l'Est du Québec avec la prise en charge du Rouge et Or de l'Université Laval. Plus que jamais, le football règne du primaire au collégial. À notre niveau régional, qui prendra le modèle Tanguay pour sauver les Diablos et par le fait même les autres formations régionales peu importe le niveau?

Louis Gauthier

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer