Parce que ça ne s'arrêtera jamais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

En réponse à l'article de Brigitte Trahan La saga Gélinas-UQTR est loin d'être terminée publié samedi dernier.

Quel réveil brutal samedi matin alors que je prenais connaissance de l'article de madame Trahan.

Je ne souhaite en aucune façon revenir sur le procès criminel dont j'ai été le témoin principal. La Cour a rendu son verdict et l'accusé a été déclaré coupable de harcèlement criminel. Je ne peux également aborder mon entente avec l'UQTR ayant signé une entente de confidentialité et ayant la ferme intention de la respecter. Par contre, je m'interroge...

Pourquoi à l'instar des drames de suicide les médias n'adoptent-ils pas une attitude exemplaire dans les causes de harcèlement et ne préservent pas les victimes en évitant de servir de courroie de transmission? Je ne suis en aucune façon liée à la direction de l'UQTR et à ses décisions. Si quelqu'un a des problèmes avec l'UQTR, qu'il se défende en utilisant les vecteurs appropriés. Si on se questionne concernant des ententes de ressources humaines, il est impératif de regarder le dossier dans son ensemble. Mes propres désaccords avec mon ex-employeur, je les ai adressés à qui de droit et c'est maintenant réglé et chose du passé. De toute façon, peu importe les litiges dont une personne peut se sentir victime, rien n'autorise le harcèlement criminel.

J'ai reçu de nombreux messages de femmes de la région. Plusieurs d'entre elles avaient vécu des histoires semblables dans leur milieu respectif et n'osaient, pour toutes sortes de raisons, dénoncer. Je crois fermement que le harcèlement n'a aucune place dans notre société. La Charte des droits et libertés déclare que tout être humain possède des droits et libertés intrinsèques, destinés à assurer sa protection et son épanouissement.

J'ai choisi de rester à Trois-Rivières. J'ai choisi ma région et je travaille à bâtir mon entreprise. La page est tournée. Si j'avais une seule volonté à exprimer: je souhaite poursuivre mon chemin avec les miens dans un environnement exempt de harcèlement.

Il faut, comme société, prendre les mesures appropriées... parce que ça ne s'arrêtera jamais.

Guylaine Beaudoin

entrepreneure

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer