Le tour du chapeau de l'insignifiance

Maurice Richard était une légende du hockey, mais...

Agrandir

Maurice Richard était une légende du hockey, mais que dire de l'importance historique de Samuel de Champlain?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Lettre ouverte au ministre Denis Lebel.

Ainsi donc le pont le plus achalandé du Canada portera le nom de pont Maurice-Richard. Le Rocket, vraiment? Un extraordinaire hockeyeur, certes, mais, pour le reste, un homme dépourvu de leadership, un héros limité à la glace du vieux Forum montréalais. Vous ne ferez pas les séries avec ça, monsieur le ministre.

Je crois, comme beaucoup d'autres, que cette oeuvre grandiose doit garder l'appellation pont Champlain, pour honorer un explorateur extraordinaire. Un homme qui, toute sa vie, a construit des ponts. En voici quelques exemples:

1- En l'an 1600, lors d'une expédition dans les Antilles, il suggère d'ouvrir un canal pour traverser la bande de terre qui deviendra plus tard Panama.

2- En 1603, à titre de géographe, il explore le fleuve Saint-Laurent et se lie d'amitié avec plusieurs tribus amérindiennes. Il essaie alors de les décourager d'utiliser les pratiques cruelles qu'ils infligent aux vaincus lors des guerres entre tribus.

3- En 1605, il explore la côte est américaine, Cape Cod et Bar Harbor. Les Américains ont nommé un lieu Frenchman Bay en son honneur.

4- En 1608, il fonde Québec et, par conséquent, le Canada.

5- En 1611, lors d'une expédition à Ville-Marie, il nomme une île «Sainte-Hélène» en l'honneur de sa jeune épouse Hélène Boullé. Le pont qui passe au-dessus de cette île porte le nom de Jacques-Cartier, celui qui avait précédé Samuel de Champlain dans l'exploration de notre grand fleuve.

6- En 1615, il se rend à la Baie Georgienne et prend contact avec ce qui sera plus tard l'Ontario.

7- En 1633, le chef amérindien Capitanal lui demande d'envoyer des colons à l'embouchure du lac Saint-Pierre. Les deux hommes s'entendent sur la création d'une grande nation. Ainsi, dit le chef Capitanal «nos filles pourront marier vos fils et vos filles marier nos fils».

Dès 1634, Champlain enverra Laviolette construire une habitation sur le plateau qui deviendra la ville de Trois-Rivières. Cette ville d'art et de culture, ma ville en fait, a baptisé le pont qui enjambe le fleuve pont Laviolette. Joli nom, non?

Champlain, enfin, était à la fois protestant et catholique, un oecuménique avant-gardiste, en quelque sorte, hostile aux guerres de religion. Si vous croyez que les exploits du passé (pas seulement la guerre de 1812) doivent occuper un peu de place dans notre mémoire, je vous suggère deux lectures.

Notre grand personnage a fait l'objet récemment d'un gros bouquin, Champlain's Dream, écrit par un universitaire américain (D.H. Fisher). Son fantôme apparaît aussi dans un joli roman policier écrit par la très populaire Louise Penny, Enterrez vos morts (Bury Your Death en version originale).

Il serait dommage de donner raison à Lord Durham, cet Anglais venu arbitrer le conflit entre les Patriotes (qui s'appelaient, croyez-le ou non, les Canayens!) et les Britanniques, lors de la Rébellion de 1837. Il nous a présentés au roi d'Angleterre comme un peuple sans histoire et sans culture. Il a écrit: «ils sont demeurés le même peuple ignare, apathique et rétrograde».

Tant qu'à faire, pourquoi ne pas nommer le futur pont «Lord Durham Bridge»?

Jacques Rousseau

professeur retraité

Université du Québec à Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer