Une héroïne des temps modernes

La Trifluvienne Ginette Leblanc réclame le droit au... (Photo: Olivier Croteau)

Agrandir

La Trifluvienne Ginette Leblanc réclame le droit au suicide assisté.

Photo: Olivier Croteau

Partager

Sur le même thème

Le Nouvelliste

Plusieurs fois, j'ai pensé à écrire à Ginette Leblanc. Je n'ai pas trouvé les mots. Je voulais lui parler de son courage inspirant, de sa beauté, de sa coquetterie, celle d'une femme qui veut demeurer femme malgré la maladie, et de bien d'autres choses aussi. Chaque fois qu'il est question de suicide assisté, je sais que l'actualité va me rappeler son histoire courageuse.

Cette Trifluvienne atteinte de sclérose latérale amyotrophique mène un combat pour faire déclarer inconstitutionnel un article du Code criminel du Canada qui criminalise l'aide au suicide. Ses démarches se poursuivent devant les tribunaux, malgré un corps qui l'abandonne beaucoup trop vite.

Comment lui expliquer que même si on ne se connaît pas, je l'ai accompagnée dans sa maladie. Je suis archiviste pour la télévision. Chaque fois qu'on l'a interviewée, je visionnais les tournages, sélectionnais les images, les archivais, quoi.

Et mardi, j'ai eu un choc. Une tristesse envahissante, à l'image de la maladie qui s'est installée dans sa vie. Le gouvernement s'engage à déposer dans les prochains mois un projet de loi afin de mettre en oeuvres les conclusions de la commission «Mourir dans la dignité».

Et, elle a accordé généreusement une entrevue à mes collègues pour donner ses réactions à cette nouvelle qui la touche. Et, si le processus continue de traîner en longueur, sa maladie continuera de progresser en douleur et il sera trop tard pour elle.

Le visage amaigri, inconfortable de toute évidence dans son fauteuil, la parole la quitte tranquillement parce que sa langue commence à refuser de faire son travail. Sournoise maladie. Mais, elle a fait la promesse à sa fille de ne pas mettre fin à ses jours avec le premier moyen du bord, et que malgré la vive souffrance, elle attendra qu'on l'aide à mourir dans un processus encadré, entourée de ses proches quand l'heure sera venue.

Dans la dignité. Légitime. Triste. Elle a appris à accepter l'inacceptable, que son corps devienne étranger à elle-même, que sa vie se dégrade jour après jour. Parler de la mort à venir est son pain quotidien.

C'était la première fois que l'entrevue se déroulait à l'hôpital, sa nouvelle demeure. Chaque fois que nous l'avons rencontrée, c'était à son domicile. Tantôt, elle nous présentait son nouvel ascenseur personnel qui avait dû être construit pour faciliter ses déplacements en fauteuil roulant; tantôt, on la suivait dans ses activités quotidiennes, alors que ses mains commencent à se raidir comme le plâtre d'une sculpture qui se fige pour l'éternité.

Aujourd'hui, ma démarche est profondément égoïste. Je réclame le droit d'être humaine et de pleurer en regardant ces images d'une triste réalité. On pleure en écoutant des films joués par des acteurs. Jamais la fiction n'aura eu un oeil aussi pétillant, une lucidité aussi désarmante et une beauté aussi tragique. Parce que cette femme, cette mère, cette combattante de chaque instant est bien réelle. Elle existe. Elle joue le rôle de sa vie et elle souhaite jouer le rôle de sa mort. Elle ne souhaite probablement pas la pitié de personne. Elle veut «simplement» avoir le droit de décider quand le moment sera venu pour elle de quitter son corps.

Je n'ai toujours pas les mots pour dire à cette femme combien son parcours me touche, me trouble et m'affecte. Quand la journaliste lui a demandé si sa fille lui en voulait d'avoir vécu sa maladie devant les médias, devant l'oeil voyeur des caméras, parce qu'après tout, il s'agit de leur intimité, de ce qui leur reste de temps ensemble, elle a pris une pause. «Un jour, ma fille m'a dit : Tu es mon héros.»

C'est moi qui ai pris une pause ensuite. C'était si beau d'entendre ça. Pas «beau», «tragiquement beau». Arrêter l'enregistrement, respirer. Pleurer et respirer.

Alors, je ne saurais pas expliquer à quelqu'un que je ne connais pas que son histoire m'a touché le coeur. Je ne souhaite pas avoir à vivre un jour les étapes déchirantes par lesquelles elle et ses proches sont passés.

Je lui dis simplement merci. Merci de vouloir faire avancer le processus malgré vos forces qui vous abandonnent. Merci d'avoir le courage titanesque que je n'aurais probablement jamais eu. Merci à votre famille de vous partager avec le public parce qu'avec vous, le débat concernant l'aide à mourir a un visage.

Madame Leblanc, je vous souhaite le meilleur pour la suite.

Mylène Gagnon

médiathécaire

Radio-Canada Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer