Flagrant déséquilibre

Partager

Le Nouvelliste

En consultant l'horaire de la commission parlementaire sur Gentilly-2, qui se tiendra à Québec, les 29 et 30 janvier, je remarque qu'une flopée de représentants pro-nucléaire s'y sont invités.

On trouve bien du monde qui me semble sympathique à la nucléocratie: des politiciens municipaux et provinciaux: des représentants de cinq syndicats et d'une association professionnelle qui oeuvrent à Gentilly-2; des représentants du comité d'actions stratégiques; des représentants des commerçants régionaux; deux experts universitaires qui ont des liens évidents avec l'industrie nucléaire; des représentants de la Commission canadienne de sûreté nucléaire qui, elle, a des activités qui favorisent l'industrie nucléaire.

En face, en appui à Hydro-Québec et au gouvernement qui ont pris une bonne décision rationnelle et responsable: le mouvement Sortons le Québec du nucléaire. À ma connaissance, ce mouvement citoyen indépendant représente bien la population grâce à l'affiliation de nombreuses associations socio-écologiques, d'artistes, de médecins et de spécialistes soucieux de la vérité nucléaire.

Il est important aussi de se rappeler l'appui de 340 municipalités québécoises qui ont endossé une résolution demandant au gouvernement de sortir le Québec du nucléaire. Selon les derniers sondages, 65 % de la population semble appuyer le point de vue du mouvement Sortir le Québec du nucléaire.

Les citoyens sont en droit de s'attendre à ce que les pro-nucléaires qui se sont imposés à la commission parlementaire, mènent un combat d'arrière-garde pour tenter de maintenir ouverte la centrale nucléaire de Gentilly-2, même si elle est obsolète, risquée, inutile et déficitaire.

Comment les députés qui écouteront pendant 13 heures les redondances démagogiques des pro-nucléaires sur les bienfaits de l'avenir nucléaire québécois feront-ils la part des choses? Auront-ils l'écoute nécessaire face aux représentants du MSQN qui devraient proposer des actions rationnelles, concrètes et légitimes pour mener à bien, en toute sécurité, les différentes phases du démantèlement/déclassement de G-1 et de G-2?

Pourront-ils prendre des décisions responsables qui favoriseront l'ensemble de la population québécoise?

Les nombreux experts indépendants de ce mouvement devraient se déclarer prêts à collaborer en toute solidarité avec toutes les parties en cause dans ce vaste chantier de réhabilitation de la région. La juste quote-part du fédéral devra être sollicitée afin de compenser les quelques pertes d'emplois qui pourront survenir. Ainsi, l'expertise dans le déclassement/démantèlement de centrales nucléaires pourra être exportée à travers le monde, en tout honneur pour le Québec.

En accélérant tout le processus du démantèlement des deux vieux réacteurs, nos générations futures nous en rendront grâce.

Jacques Boucher

Chambly

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer