La Maladresse sur le Fleuve

Partager

Le Nouvelliste

Chaque début d'année marque inexorablement l'arrivée de notre compte de taxes municipales. Un classique, quoi! Et contrairement au fameux Doc Mailloux, je suis complètement d'accord pour payer mes taxes et impôts. Pour moi, c'est la meilleure façon d'assurer des services égaux à tous les citoyens, indépendamment de leur situation financière respective. Toutefois, je revendique le droit d'interpeller les administrations sur l'utilisation de ces revenus.

Quitte à passer pour un chiâleux par les tenants de la belle pensée unique, par ceux aussi qui considèrent l'escalier «monumental», surtout destiné à impressionner quelque croisière en folie, comme l'équivalent de la Tour Eiffel et du Stade olympique, je préfère de beaucoup mon rôle de critique et d'éveilleur de consciences à celui de groupie scotché aux fantasmes d'un mégalomane.

Par exemple, est-ce que mes concitoyens trifluviens vont s'indigner autant que moi lorsque viendra le moment très rapproché où les deux administrateurs principaux de la Corporation de l'amphithéâtre se verront verser chacun un joli chèque dans les six chiffres à partir du fruit de nos taxes pour «régler l'affaire»?

Eux qui ont été nommés arbitrairement à ces postes par leur bon ami le maire, encouragés même par ce dernier à engager des poursuites, et à qui on vient d'enlever la barre de ce vaisseau fantôme, du fait de l'appel au secours lancé par la Ville auprès d'evenko et de Québecor.

Autre exemple qui me scandalise littéralement: l'utilisation de nos taxes dans le dossier de Trois-Rivières-sur-Saint-Laurent. La Ville a racheté ces terrains pour près de 17 millions $ versés à l'entreprise de René Saint-Pierre. Les lieux ont donc été acquis avec de l'argent public, notre argent, et auraient conséquemment dû conserver une vocation essentiellement publique au strict service de l'ensemble des Trifluviens. Or, aujourd'hui, ce sont trois tours de 16 étages qui seront construites et des blocs de quatre étages de 32 condos en vue d'y établir un domaine privé pour gens très fortunés.

En effet, les condos des blocs coûtent entre 230 000 $ et 345 000 $ au rez-de-chaussée alors qu'au quatrième, les prix varient entre 280 000 $ et 410 000 $. Pour ce qui est de la tour, entre le 2e étage et le 10e, les prix vont de 375 000 $ à 640 000 $. Du 10e au 16e, on monte, on monte, jusqu'à 1 million. N'oubliez pas d'ajouter des frais annuels de condos et de taxes correspondant à la valeur des propriétés...

C'est pourtant nous qui, collectivement, avons payé les services d'aqueduc, d'égouts sanitaires et pluviaux déjà rendus sur place pour desservir ce projet destiné à des gens surtout venus d'ailleurs. En plus, pardonnez-moi mais ce n'est pas terminé: la Ville va participer au financement et à la construction de la marina privée d'une centaine d'espaces.

L'Adresse sur le Fleuve a été mal nommée! Parlons plutôt de Maladresse sur le Fleuve! Car il s'agit d'un projet antisocial et d'un affront à la population trifluvienne. Car combien de Trifluviens iront demeurer dans ce ghetto de riches? Combien d'enfants et de jeunes familles y trouverons-nous? Point barre! Les Trifluviens iront traverser ce petit Westmount local à pied ou en vélo, en disant «Ohonn qu'c'est beau!» avant de retourner chez eux dans leur bungalow ou leur appartement. Voilà le type d'orientation malsaine que vous souhaitez pour notre ville? Alors c'est simple: votez pour Yves Lévesque en novembre prochain. C'était une publicité gratuite.

Guy Godin

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer