Ce n'est pas pour moi

Apprendre à l'UQTR, une enrichissante expérience pour les...

Agrandir

Apprendre à l'UQTR, une enrichissante expérience pour les retraités.

Partager

Le Nouvelliste

C'est ce que j'ai conclu il y a deux ans. Je venais de prendre connaissance de la programmation des cours offerts aux personnes du troisième âge par l'Université du Québec à Trois-Rivières. Je me suis dit que ces cours s'adressaient à d'anciens universitaires retraités, question de leur permettre de raviver quelques connaissances acquises. Et de se remémorer quelques bons moments de jeunesse.

Les titres des cours défilent: économie mondiale, finance, la vieillesse, musique, histoire... Histoire? Oups! La révolution tranquille. Formateur: Michel Morin, homme politique et professeur d'histoire retraité. Mais, je l'ai vécue cette époque, moi. Et dans l'enseignement, là où la révolution n'était pas toujours tranquille.

Le site internet de l'UTA (Université du troisième âge) me donne toutes les informations désirées. Je m'inscris. Après tout, ce n'est que dix cours de deux heures. Pas de devoirs, pas de leçons, pas d'examens non plus. Qui plus est, un diplôme avec ça.

J'ai récidivé à trois reprises par la suite, toujours en histoire. Ces sessions m'ont permis de me réapproprier l'histoire du Québec et du Canada. Surtout de mieux comprendre notre situation politique et économique actuelle. L'enseignement n'est pas du tout livresque, abstrait. L'informatique, par exemple, agit comme support fort dynamique.

De plus, l'université se décentralise. Déjà, des cours sont donnés cette année à Nicolet et à Gentilly sans compter quatre ou cinq points de services en Mauricie.

J'écris ces lignes simplement pour démystifier quelque peu ce qui me semblait inaccessible. Les apprenants? Des personnes de 50 ans et plus provenant de divers milieux. Les contacts s'établissent, des amitiés naissent aussi. Le goût de partager les connaissances, d'échanger. Bref, pour les cinquante ans et plus, les formations de l'UTA ont largement contribué à garder encore vif mon goût d'apprendre... ou de réapprendre. Oui oui, même à 74 ans. Et je crois bien que je vais faire encadrer mes quatre diplômes de l'UTA.

Rosaire Lemay

Baie-du-Febvre

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer