La magie de Noël

Paix, fraternité, justice....

Agrandir

Paix, fraternité, justice.

Partager

Sur le même thème

Le Nouvelliste

En y regardant de près, il semble que tout ce qui reste du sens de Noël est la magie que cette fête suscite.

Tout le monde parle de la magie de Noël. Cette magie fait référence aux doux souvenirs de notre enfance, à l'émerveillement face au déploiement de lumières et à tout ce qui suscite le rêve dans le coeur de chacun. L'un des sens du mot magie, selon le dictionnaire Le Petit Robert, signifie «influence vive, inexplicable, qu'exercent l'art, la nature, la passion.» Jamais une fête dont l'origine est religieuse n'a eu une telle influence sur le rêve à travers le monde.

Les jeunes comme les personnes âgées sentent monter en eux à la veille de Noël des sentiments où la joie est trop souvent mêlée à la tristesse. La fête de Noël est un révélateur de tout ce qui habite le coeur de l'humanité. Nous souhaitons la paix, la fraternité et la justice.

Déjà, vers 720 avant Jésus Christ, le prophète Isaïe espérait qu'une ère de paix survienne avec l'arrivée du Messie. Il transcrivait ce rêve en ces mots: « Le loup habitera avec l'agneau, le petit garçon s'amusera sur le nid du cobra et les armes seront changées en socs de charrue.»

La fête de Noël est associée à la naissance de Jésus. Le Jésus de l'histoire était bien loin de ce qu'espéraient les prophètes. Il n'avait en rien l'allure d'un roi. Il a circulé pieds nus sur des routes de campagne et il est monté à quelques reprises à Jérusalem pour finalement être condamné et mourir. Le rêve était à jamais cassé, pensait-on. Voilà qu'il a rejailli.

Souvent la naissance de Jésus est présentée comme un cadeau de Dieu à l'humanité. Cette manière de présenter la naissance de Jésus est bien en deçà que ce que propose les évangélistes pour interpréter cet événement.

Pour les premiers chrétiens, la naissance de Jésus était le signe ultime de l'Alliance. Dieu, selon l'interprétation qu'en fait la Bible, a réalisé avec l'humanité une alliance qui remonte à l'époque d'Abraham. L'Ancien Testament révèle des signes de cette Alliance dont la libération du peuple juif de l'esclavage dont il était victime en Égypte.

En Jésus, cette alliance atteint sa manifestation définitive: Dieu se fait homme pour que l'homme atteigne le sommet de sa vocation. En Jésus, la route est balisée pour que l'homme puisse parvenir à la réalisation d'un humanisme qui tienne compte de la richesse des aspirations qu'il porte en son coeur.

Hélas, l'humanité rêve encore. Un rêve inachevé ! La fête de Noël ravive ce rêve originel. On se donne des cadeaux. Quelques-uns vont encore à la messe. La générosité se manifeste envers les plus pauvres. Après, la vie continue. L'effet de la magie s'estompe. Il reste l'Alliance proposée par Dieu. Qu'en faisons-nous ? Maurice Zundel a écrit que «Noël, c'est notre naissance à nous-mêmes, à notre dignité, à notre grandeur, à notre liberté.» Noël nous libère du Dieu qui fait peur pour nous faire connaître le Dieu Amour. C'est plus qu'un cadeau, c'est une vie.

Jérôme Martineau

Trois-Rivières

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer