Mauvaise nouvelle pour la communauté musulmane

Le Nouvelliste

Ceux et celles qui verraient la candidature de Djemila Benhabib pour le Parti québécois dans Trois-Rivières comme une surprise se sont manifestement affranchis des positions du Parti québécois depuis les débats ayant eu cours à travers le Québec dans le cadre de la Commission Bouchard-Taylor. Cette formation politique est allée rejoindre feue l'ADQ sur le terrain de l'opportunisme concernant les demandes d'accommodements raisonnables et tout particulièrement celles provenant de la communauté musulmane, quoique jugées marginales par la Commission des droits de la personne du Québec.

En premier lieu, le choix de la circonscription de Trois Rivières pour la nouvelle candidate n'est pas étranger aux campagnes de peur, de xénophobie et d'islamophobie entendues en 2006 et 2007 dans le comté voisin de Laviolette où se trouve Hérouxville.

Le contenu des écrits de la candidate, ainsi que ses sorties publiques dans les cinq dernières années, s'inscrivent en toutes lettres dans la continuité de ce qu'on pouvait entendre de certains élus d'Hérouxville à l'époque. D'ailleurs, la joie qui habitait André Drouin ex-élu de cette municipalité, à l'annonce de cette candidature, en dit long sur la stratégie péquiste.

Doubler la CAQ sur sa droite en vue de mettre de l'avant la question de la laïcité inscrite dans une Charte et dans les institutions publiques, et de surcroît sur le dos de centaines de milliers de Québécois de toutes origines, croyants et pratiquants, qui souhaiteraient préserver leurs droits inscrits dans les chartes canadienne et québécoise.

On se serait attendus à un peu plus de courage de la candidate qui a décidé, assurément avec les instances du parti, d'ignorer la circonscription de Viau là où se trouve la plus importante communauté musulmane de l'île de Montréal.

Cette dernière aurait ainsi pu la confronter sur les nombreux amalgames, raccourcis, généralisations et associations à charge qui l'habitent depuis ses premières sorties publiques.

À la lumière de ses précédents écrits, la nouvelle candidate qui carbure aux propos poussant au repli communautaire, à l'entretien de la peur et à pervertir le débat sur le dos de l'ensemble de la communauté musulmane du Québec aura une tribune idéale pour les 35 prochains jours.

Elle pourrait donc en profiter afin d'utiliser celle-ci comme un fond de commerce pour sa croisade inachevée afin de semer la haine des perceptions auprès de la population québécoise.

Avec cette candidate, l'islamophobie risque fortement de faire son entrée pour la toute première fois dans une campagne électorale québécoise poussée par quelques chroniqueurs bien connus qui en ont fait avec le temps leur principal loisir.

Cette décision du PQ de vouloir être le porte-étendard de la question de la laïcité avec une candidate semblable ne pourra qu'avantager le Parti libéral du Québec et dans une moindre mesure Québec solidaire.

Ces deux formations, par tradition et gros bon sens, sont tournées davantage vers des politiques et des propositions portant sur un nationalisme civique plus représentatif du savoir-vivre ensemble et de l'harmonie entre les diverses communautés plutôt que le nationalisme identitaire «déplaisant» qui habite le PQ depuis quelques années.

Sans que les médias permettent de faire de réels débats de fond pendant la prochaine campagne sur les questions d'intégration de nos immigrants, tout semble indiquer qu'avec cette nouvelle «prise» du PQ, le vernis portera en partie sur le «nous» et le «eux».

Ces derniers étant particulièrement ceux qui dans leur quotidien ont le «malheur» d'avoir la foi et la pratique religieuse musulmane qui pourtant enrichit le Québec tant au plan économique, sociale que linguistique.

Après tout, cette stratégie de division, d'amalgamer l'islam et l'islamisme et de lancer des épouvantails en s'affranchissant du contexte socio-géographique et historique, comme le fait Djemila Benhabib, a été payante pour nombre de formations politiques en Europe, dont plusieurs d'extrême-droite, et dans une moindre mesure pour l'ADQ lors de l'élection de 2007.

Denis Mehdi Duchêne

Politologue et analyste indépendant des questions d'intégration des communautés musulmanes en Occident. Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer