Jour de frontières

Justine l'Heureux et son copain Jansen Schmitt.... (Olivier Croteau)

Agrandir

Justine l'Heureux et son copain Jansen Schmitt.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Justine L'Heureux</p>
Justine L'Heureux
Le Nouvelliste

NDLR: L'ex-patineuse de vitesse Justine L'Heureux et son compagnon Jansen Schmitt tentent de relever tout un défi depuis quelques mois: faire le trajet Vancouver-Argentine à vélo! Un périple de 25 000 kilomètres, entrepris le 15 octobre dernier, à travers une douzaine de pays à découvrir différentes cultures et d'autres modes de vie. Les deux amoureux, qui ont prévu compléter leur parcours dans environ un an, vivent en route de nombreuses aventures qu'ils partagent avec les lecteurs du Nouvelliste. Le couple est actuellement au Panama.

Traverser une frontière grâce à la propulsion humaine est empreint d'une signification profonde. Un retour dans les racines du nomadisme où de tels mouvements étaient partie intégrale de la vie. 

L'approche d'une nouvelle frontière génère à chaque occasion une multitude d'émotions. La nostalgie de quitter un pays apprécié se mêle à l'excitation des nouvelles découvertes à venir. Les repères et connaissances acquises sont à nouveau chamboulées. S'étant créer une zone de confort temporaire, dès les premiers instants dans un nouveau pays, l'inconnu redevient notre routine.

Depuis la frontière Mexique-Guatemala, l'Amérique centrale a été rythmée par de multiples changements de pays. Zone de transit, de mouvement, de passage, nous apprenons grandement sur un pays lors de ces moments de transition.

Tension, excitaion, agitation; les zones frontalières sont des lieux effervescents. 

À parcourir au fil de nos coups de pédales ces zones migratoires importantes, on se questionne également sur l'existence et l'origine des frontières. Parfois situées dans des endroits insolites et improbables, les frontières sont déterminantes pour chacun des pays. Le vélo nous permet de connaître et d'observer en toute lenteur ces sections intriguantes qui sont bien souvent survoler ou rapidement traverser.

Possédant des passeports canadien et français, nous détenons cette facilité de traverser plutôt aisément les frontières. Sans surprises, nous constatons que la majorité des populations rencontrées ne bénéficient pas des mêmes privilèges.

Plusieurs habitants ne pouvant même pas accéder au pays voisin. Toutefois, une forte tendance migratoire est répandue dans tous les pays parcourus depuis le Mexique: celle de rejoindre la fameuse et tant désirée frontière des États-Unis. Et ce, peu importe les sacrifices, le danger, les coûts tant monétaires qu'humains. L'appel du rêve américain poussent des milliers de personnes à tout laisser derrière pour tenter de rejoindre illégalement ce pays. 

Malgré ces limites géographiques inventés par l'homme, nous réalisons que la vie dans toute sa splendeur est libre de toutes frontières. Et nous sommes à chaque occasion charmés et émus de retrouver une sincère bonté humaine dans chacun des endroits pédalés depuis les sept derniers mois.

Pour plus d'articles, de photos et d'informations, suivez notre périple sur : www.semeenselle.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer