Pour un café et un monde meilleur

Justine l'Heureux et son copain Jansen Schmitt... (Olivier Croteau)

Agrandir

Justine l'Heureux et son copain Jansen Schmitt

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Justine L'Heureux</p>
Justine L'Heureux
Le Nouvelliste

NDLR: L'ex-patineuse de vitesse Justine L'Heureux et son compagnon Jansen Schmitt tentent de relever tout un défi depuis quelques mois: faire le trajet Vancouver-Argentine à vélo! Un périple de 25 000 kilomètres, entrepris le 15 octobre dernier, à travers une douzaine de pays à découvrir différentes cultures et d'autres modes de vie. Les deux amoureux, qui ont prévu compléter leur parcours dans environ un an, vivent en route de nombreuses aventures qu'ils partagent avec les lecteurs du Nouvelliste.

Arrivés au Guatemala depuis une semaine, nous réalisons que la culture du café est une partie très importante de l'économie du pays.

Par le fait même, notre première nuit de camping fut sur une finca (ferme) de café.

Après quelques journées à gravir les montagnes volcaniques du pays, nous sommes arrivés hier au Lac Atitlan où nous avons eu la chance de découvrir une coopérative exemplaire.

La coopérative de café La Voz, située dans le village de San Juan La Laguna, existe depuis maintenant 37 ans. Lors de sa création, en 1979, le conflit armé qui affligeait alors le pays affecta le déroulement des activités. Les créateurs et associés de La Voz furent alors victimes de violence et de persécution de la part de l'armée guatémaltèque. Le déroulement des activités reprit progressivement à la suite de cette menace.

L'objectif principal de cette coopérative consiste à améliorer la vie des petits producteurs de café. Le commerce conventionnel du café inclut plusieurs acteurs intermédiaires, de sa culture jusqu'à son exportation. Dans ce cas, le petit producteur reçoit un infime salaire.

Une coopérative comme La Voz a comme objectif de diminuer la présence de ces intermédiaires pour que chaque producteur membre reçoive un salaire décent et juste pour le travail fourni. Il existe de nombreuses associations similaires en Amérique latine. La particularité intéressante de celle-ci est sa gestion autonome et indépendante de toutes grandes ONG internationales, assurant ainsi une transparence administrative.

La Voz peut ainsi offrir un travail à 162 personnes du village et de ses environs. Spécialisées dans une production de café 100 % organique, les terres cultivées de manière durable permettent de préserver la grande biodiversité de l'environnement local. L'association se développe également dans d'autres secteurs. Des tours à même les plantations de café sont offerts ainsi que des cours d'espagnol où les participants demeurent avec les familles locales.

Située entre le charme des montagnes volcaniques et la magie du Lac Atitlan, la coopérative de café biologique La Voz s'avère une initiative durable qui permet de créer une alliance solidaire entre les consommateurs et les producteurs locaux. Une telle coopérative permet de réaliser l'importance de chacun de nos achats.

Chaque tasse de ce café contribue ainsi à un monde meilleur.

Un infime merci à Andres, le directeur de La Voz, pour sa grande disponibilité lors de notre visite.

Pour suivre notre périple, avec davantage de nouvelles, articles et photos: www.semeenselle.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer