Mi casa es su casa

Ayant achevé notre traversée nord-sud du Baja, nous sommes arrivés sur la... (Justine L'Heureux)

Agrandir

Justine L'Heureux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Justine L'Heureux</p>
Justine L'Heureux
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Ayant achevé notre traversée nord-sud du Baja, nous sommes arrivés sur la partie continentale du Mexique depuis plus de deux semaines. Une autre facette de ce pays fascinant allait se dévoiler à nous. Arrivés par cargo dans la ville de Mazatlán après avoir traversé la mer de Cortez, on s'empresse de quitter la zone urbaine pour s'aventurer sur les routes secondaires. On se retrouve alors dans un environnement où la pêche et l'agriculture sont les deux activités principales de subsistance.

Ayant achevé notre traversée nord-sud du Baja, nous... (Justine L'Heureux) - image 1.0

Agrandir

Justine L'Heureux

Une autre fin de journée sur nos vélos, le coucher du soleil qui nous alarme silencieusement de se trouver un refuge pour la nuit. Celle-ci fut une journée plutôt atypique, avec une dose d'aventure en supplément. En effet, nous avons débuté non pas sur deux roues mais sur l'eau. Un grand estuaire en bord de mer divise la route, nous obligeant de le traverser grâce à une barque de pêcheurs.

Notre carte détaillée indique que la route se poursuit en longeant l'océan. Pourtant, un autre obstacle nous attend; la route s'arrête de nouveau face à une ouverture de l'océan. Un groupe de pêcheurs revient avec une impressionnante quantité de thon. Il nous offre de monter avec eux pour traverser cette barrière naturelle. Un chemin de sable s'élance entre diverses cultures sur une vingtaine de kilomètres.

On progresse lentement. Quelques regroupements de maisons apparaissent. Incroyable sensation que de se balader sur une longue portion de la côte mexicaine encore si sauvage et authentique. Préservée d'une quelconque invasion touristique. Nous sommes privilégiés d'observer cette harmonie entre cet environnement et ses habitants.

Revenons à notre signal d'alarme; l'obscurité nous rattrape suite à ce parcours quotidien plutôt inattendu. Nous arrivons en pleine noirceur dans le village agricole de Union de Corrientes. Nos anges gardiens du jour se transforment en Daniel et sa femme Jonny. Nous voyant arriver chez leurs voisins, ils nous proposent d'emblée de se joindre à eux, ayant une chambre de libre pour nous. Ce charmant couple possède une ferme de culture de crevettes, la région étant réputée pour l'excellence de ce crustacé. Le souper se transforme évidemment en festin de crevettes apprêtées à toutes les sauces.

Ayant achevé notre traversée nord-sud du Baja, nous sommes... (Justine L'Heureux) - image 2.0

Agrandir

Justine L'Heureux

Ils nous convient à passer la journée du lendemain avec eux pour nous faire découvrir leur coin de pays. Devant de telle proposition, nous avons souvent l'impression qu'on doit retourner à nos vélos. Ce désir constant d'avancement te motive à reprendre vite la route. Pourquoi donc ? Les dernières opportunités nous ont bien prouvé que prendre notre temps fut toujours en notre faveur. Allez, restons l'espace d'une journée...

Une énorme corvina, délicieux poisson local, nous est offert pour entamer la journée. Visite des zones humides du coin, constituées de canaux, lagons et mangroves. Une faune incroyable s'y développe, allant des serpents, aux tatous jusqu'aux tigres! Puis, démonstration de la pêche régionale, celle de la crevette. Visite du site historique de Mexicaltitlan, lieu mystique et spirituel des Astèques, qui aurait pu être la localisation actuelle de la ville de Mexico. Le ceviche de crevettes (bien sûr!) cuisiné merveilleusement par nos hôtes boucle ces moments de pure immersion à la réalité du coin. Nous avons le sentiment d'avoir été reçus comme des membres honorables de leur famille. 

Les yeux brillants d'émotions, ils nous affirment en coeur que leur maison est également la nôtre. Un dicton mexicain bien connu qui prend alors tout son sens. Toute la splendeur de ces mots nous est dévoilée dans cette municipalité d'Union de Corrientes. On pédale au loin, émus, avec cette phrase qui résonne désormais en nous: Mi casa es su casa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer