Célestin le grand magicien

Céleste Simard puise sa force auprès de ses... (Photo: Stephane Lessard)

Agrandir

Céleste Simard puise sa force auprès de ses deux garçons, Antoine et Célestin.

Photo: Stephane Lessard

Partager

Isabelle Légaré
Le Nouvelliste

(Lemieux) Célestin Simard-Lecouteur n'est pas différent des centaines de milliers d'enfants qui entament ce matin la très attendue semaine de relâche. Heureux, excité, mais surtout soulagé, il pourra enfin briser la routine avec les siens, un quotidien qui est cependant à des années-lumière des écoliers de son âge. Depuis un an, le garçon de 10 ans se bat en permanence. Au début, c'était pour échapper à la mort. Aujourd'hui, c'est pour nous faire la leçon.
«Tu veux que je te fasse un tour de magie?»

Samedi dernier, Célestin n'avait visiblement pas le goût de parler de son accident survenu le

11 mars 2012, pas plus qu'il n'était d'humeur à s'exprimer sur les souffrances qui en résultent. Quand notre corps a déjà ressemblé à une momie enroulée dans des bandelettes, qu'on est engagé en permanence dans un combat intérieur, les mots deviennent superflus.

L'entrevue se déroulait depuis une bonne heure avec la maman de Célestin lorsque celui-ci a accepté de se joindre à nous avec la mine du préado impatient de retourner devant son écran d'ordinateur. Sans doute fatigué de répondre aux questions que ses proches, des médecins et infirmières, la travailleuse sociale et la psychologue lui ont déjà posées des dizaines de fois, Célestin a pris le paquet de cartes abandonné sur la table de cuisine. De ses mains enveloppées de gants de protection, le garçon s'est empressé de mélanger le jeu avec l'aisance du magicien qu'il est devenu au fil des mois.

Leçon numéro 1: Écouté, compris et admiré, un enfant est capable de distribuer les cartes et les sourires, même après avoir été brûlé vif.

C'était un dimanche matin, au lendemain de son souper d'anniversaire qui, dans les faits, était deux jours plus tard. Alors que toute la maisonnée dormait encore à poings fermés, le petit homme a décidé de jouer au grand et d'allumer le poêle à bois avec un produit accélérant qui, en une fraction de seconde, s'est enflammé sur lui.

La quasi totalité (90 %) du corps de Célestin a subi des brûlures au 3e degré. Seuls ses pieds et une partie de son visage ont été épargnés. L'enfant a survécu à l'assaut. Plusieurs parlent de miracle, notamment à Lemieux où la communauté s'est mobilisée pour soutenir dans son malheur la conseillère municipale.

C'est Céleste Simard qui, la première, est accourue au secours de son garçon transformé en torche humaine. C'est aussi la maman qui, depuis cette tragique matinée, se rendait quasi quotidiennement au chevet de son enfant, d'abord à l'Hôpital Sainte-Justine, à Montréal, puis dans un centre de réadaptation,

à Québec.

À compter d'aujourd'hui, tous ces va-et-vient sont terminés. Hier, Célestin a fait son dernier dodo loin des siens. Cette semaine de relâche marque son retour définitif à la maison.

Mme Simard a fini par convaincre les spécialistes gravitant autour de son fils qu'elle pouvait prendre la relève avec le soutien du CLSC et du centre de réadaptation InterVal, à Victoriaville.

Depuis le mois de novembre, Célestin a passé toutes ses fins de semaine avec les membres de sa famille, un baume pour le moral du jeune patient. Chaque fois, il pouvait compter sur sa mère pour changer ses pansements, lui appliquer de la crème hydratante plusieurs fois par jour, l'aider à enfiler ses vêtements compressifs et jouer une partie

de crible.

Céleste Simard est une louve, une chef de meute depuis le décès, il y a trois ans, du père des garçons. Plutôt que de s'effondrer au lendemain de la tragédie de Célestin, elle a décidé de faire avec... Aujourd'hui, la preuve est faite que le pire est passé. «Un jour à la fois», répète celle qui a toujours refusé de s'apitoyer sur son sort.

Célestin est demeuré aux soins intensifs pendant six mois. Il y était toujours à la mi-août, au moment de s'asseoir pour la première fois.

«On l'a sorti de sa chambre pour le promener en fauteuil roulant dans le corridor. C'était un moment très émouvant», raconte la maman qui envisage de demander une copie du dossier médical de son garçon. En un an, il a reçu un nombre incalculable de greffes cutanées et de litres de sang. Céleste Simard n'a pas pu tout noter, préférant se concentrer sur l'essentiel: border son fils qui, apprenait-elle récemment, serait à ce jour le plus grand brûlé de l'histoire de la pédiatrie au Québec.

Une fois assis, le garçon n'a pas tardé à se tenir debout et à franchir toutes les autres étapes, y compris celle de faire la tournée de l'Halloween entre les murs de Sainte-Justine.

«Il marchait tranquillement, mais il a marché un grand bout», ajoute fièrement Mme Simard qui ne pourra jamais oublier l'image de son petit gars intubé et tenu dans un coma artificiel, ni celle où il devait rester immobile, les bras et les jambes en croix pour favoriser la cicatrisation de son corps.

Le petit frère Antoine, 8 ans, est aussi marqué par la scène du 11 mars 2012. Il a vu sa mère tentant d'éteindre le feu sur Célestin étendu sur le plancher de la cuisine.

Célestin et Antoine se sont parfois sentis très seuls au cours des derniers mois, l'un à l'hôpital, l'autre à la maison. Pour des raisons différentes, les deux frères auraient voulu que leur mère soit ici et maintenant à leurs côtés alors qu'elle était sur la route, à faire la navette pour le bien de chacun.

Mme Simard a heureusement pu compter sur la présence et la compréhension de son amoureux, André Naud, pour l'aider à favoriser le plein épanouissement de ses enfants plongés dans un drame hors du commun.

«Aujourd'hui, nous sommes à l'étape de la continuation. La tâche ne sera pas facile. Notre vie est changée à jamais. Célestin n'est plus le même, nous non plus. Tout doit maintenant passer par l'acceptation», souligne la maman qui entend profiter de la semaine de relâche pour inviter des amis, sortir un peu avec les enfants, se reposer et se laisser imprégner par la magie du moment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer