Club de canotage de Shawinigan: vol de quatre moteurs hors-bord

Une mauvaise surprise attendait vendredi matin les membres du Club de canotage... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Une mauvaise surprise attendait vendredi matin les membres du Club de canotage de Shawinigan alors que quatre moteurs hors-bord ont été subtilisés durant la nuit. C'est en arrivant pour l'entraînement à 7 heures que le vol fut constaté.

Martin Lamarche... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Martin Lamarche

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

«C'est une grosse perte, surtout financière. C'est un organisme sans but lucratif, on travaille fort à organiser des compétitions, et ce sont des milliers d'heures de bénévolat par année. Se faire voler ça, c'est assez...», a confié un président du Club, Martin Lamarche, visiblement frustré par la situation. Il évalue à quelque 15 000 dollars la valeur à neuf des quatre moteurs hors-bord disparus, sur un total de huit.

Outre le vol d'une chaloupe dans le passé, il s'agit d'une première mésaventure aussi importante pour le Club. Ces moteurs hors-bord permettent aux entraîneurs de suivre les athlètes. «On s'en sert pour les compétitions», précise-t-il.

Pour l'instant, il juge trop tôt l'idée d'une campagne de sociofinancement. «Il faut regarder les assurances, je ne sais pas s'ils couvrent ça, c'est compliqué un peu quand c'est sur l'eau et que ce n'est pas entreposé. On va voir. Il faut s'en procurer quatre. On n'a pas le choix pour l'année prochaine», affirme M. Lamarche.

Celui-ci admet que l'impact aurait été plus dommageable il y a deux semaines lors du championnat provincial où l'ensemble des chaloupes du Club de canotage de Shawinigan étaient sollicitées. «Ça aurait été pire avec dix chaloupes sur l'eau. Ces quatre moteurs-là, on les aurait trouvés quelque part. On ne se cachera pas que c'est la fin de la saison, c'est moins pire», avoue-t-il.

En entrevue, ce dernier disait souhaiter que le méfait puisse avoir été capté sur bande vidéo sauf que les premiers visionnements ne sont pas concluants. «On a des caméras cachées pour essayer de voir tout ce beau monde-là, mais parfois, ils sont intelligents», ajoute M. Lamarche.

D'ailleurs, la Sûreté du Québec a été contactée pour tenter d'élucider cette histoire survenue en pleine nuit. «On n'a pas d'heure précise. Ça concerne quatre moteurs, trois Mercury et un Yamaha de force 9.9. On est toujours en enquête, on est à vérifier les enregistrements vidéo des caméras de surveillance aux alentours. Pour l'instant, il n'y a pas de suspect connu», a indiqué le porte-parole, Daniel Thibodeau.

En attendant, «on s'organise comme on peut» du côté du Club de canotage de Shawinigan. «On est bon là-dedans, on trouve des solutions, mais ce n'est pas l'idéal. C'est sûr que ça en prend d'autres», a conclu le président Lamarche.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer