Abus sexuels sur quatre jeunes filles: Réal Rouseau est cité à subir un procès

Réal Rousseau... (François Gervais)

Agrandir

Réal Rousseau

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Réal Rousseau a été cité à subir son procès sur la majorité des accusations portées contre lui en lien avec des crimes sexuels qui auraient été perpétrés sur quatre jeunes filles entre 1974 et 1981.

Au terme d'une enquête préliminaire qui s'est tenue, jeudi, au palais de justice de Trois-Rivières, le juge Bruno Langelier a en effet conclu que la preuve présentée par la procureure de la Couronne, Me Catherine Lemay, était suffisante pour qu'il subisse un procès sur huit des 11 accusations portées contre lui. Il s'agit principalement d'actes de grossière indécence et des attentats à la pudeur commis sur les quatre présumées victimes. Le prévenu a cependant été libéré d'un chef de viol, d'un autre pour grossière indécence et enfin du chef d'avoir eu des rapports sexuels avec une personne âgée de moins de 14 ans. Précisons que ce sont tous des crimes issus du Code criminel des années 70 puisqu'ils auraient eu lieu à cette époque. 

Le tribunal s'est notamment basé sur le témoignage des quatre présumées victimes qui ont défilé à la barre des témoins au cours de la journée pour établir la suffisance de la preuve à ce stade des procédures et ce, en vue du procès à venir. Cependant, notons qu'en vertu d'une ordonnance de non-publication, il nous est interdit de dévoiler le contenu de leur témoignage et les faits de cette cause. 

On peut cependant rappeler que Réal Rousseau se serait livré à des abus sexuels sur quatre jeunes filles entre 1974 et 1981, dont une avec qui il aurait eu des relations complètes alors qu'elle était âgée entre 8 et 13 ans entre 1974 et 1979. Il avait d'ailleurs plaidé coupable aux infractions qui lui étaient reprochées contre celle-ci. Or, au moment même où il devait recevoir sa sentence la semaine passée, il avait fait volte-face en niant soudainement les crimes. Il avait pourtant admis les faits à deux reprises et plus précisément d'avoir eu des relations sexuelles complètes avec elle. Le tribunal n'avait eu d'autre choix que de refuser son plaidoyer en raison de cette ambiguïté. Le dossier avait donc été renvoyé au stade de l'enquête préliminaire. 

Quant aux accusations liées aux trois autres présumées victimes (l'une d'elles avait cinq ans, l'autre 7-8 ans et une 12 ans environ), il n'y a jamais eu de plaidoyer, d'où la tenue de l'enquête préliminaire qui avait déjà été fixée à jeudi. 

Comme Réal Rousseau se représente seul, c'est l'avocat David Guévin qui a été mandaté pour contre-interroger les présumées victimes lors des audiences. Le prévenu est pour sa part demeuré silencieux tout au long de la journée. 

La cause a été reportée pour la forme au 6 juillet. On devrait alors fixer une date pour le procès. Celui-ci risque de durer au moins trois jours. Compte tenu de la gravité des infractions et des lourdes sentences prévues par la loi, le juge Langelier a cependant pris soin de suggérer fortement à Réal Rousseau de se doter d'un avocat pour le procès. 

D'ici là, le prévenu bénéficie toujours de sa liberté mais sous conditions.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer