Complot pour meurtres: le mineur écope une peine pour adulte

Le complot ourdi par les deux suspects a...

Agrandir

Le complot ourdi par les deux suspects a été déjoué à temps. Les deux suspects ont été arrêtés tout juste avant de passer à l'action.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Kevin Leblanc, l'individu d'âge mineur qui avait été impliqué dans le complot pour commettre des meurtres en 2016, a été assujetti à une peine pour adultes.

Quelques couteaux ont été retrouvés dans le véhicule... - image 1.0

Agrandir

Quelques couteaux ont été retrouvés dans le véhicule des suspects.

Voici l'un des couteaux à steak saisi par... - image 1.1

Agrandir

Voici l'un des couteaux à steak saisi par les policiers.

Mardi, il a en effet pris le chemin du pénitencier pour une période minimale de deux ans. Le quantum de sa sentence sera déterminé avec exactitude le 22 septembre dans le cadre des plaidoiries.

Rappelons que le jeune homme avait 17 ans au moment des faits. Avec un présumé complice, Guillaume Picotte, il avait ourdi un sombre complot visant à enlever l'ex-petite copine de Picotte et de tuer les parents de la jeune fille.

Les faits ressemblent étrangement aux circonstances ayant précédé le triple meurtre de la rue Sicard. Étant incapable d'accepter une rupture amoureuse, le coaccusé, Guillaume Picotte, alors âgé de 18 ans, aurait décidé de tuer la famille de son ancienne amoureuse et de kidnapper celle-ci. Il aurait convaincu Kevin Leblanc de l'accompagner sur place, et ce, même si celui-ci ne connaissait personne. 

C'est la mère de Kevin Leblanc qui, trouvant le comportement de son fils particulièrement étrange, avait fait des vérifications dans son ordinateur et découvert les échanges avec Guillaume Picotte. Elle avait alors contacté un intervenant qui avait alerté les policiers. Les suspects avaient été arrêtés vers 15 h 15. Ils avaient avec eux un exacto, une cagoule, des gants, des couteaux à steak, de l'argent et des vêtements.

En février dernier, Kevin Leblanc avait plaidé coupable à plusieurs accusations, c'est-à-dire complot en vue d'enlever l'ex-petite copine de Picotte, complot pour tuer les parents de l'adolescente, complot pour s'introduire par effraction dans sa résidence et complot pour commettre un vol qualifié.

Il avait aussi admis avoir tenté de s'introduire par effraction dans la résidence de l'adolescente et d'avoir eu en sa possession une arme blanche dans un dessein dangereux. Quant aux accusations d'avoir comploté pour assassiner l'adolescente et son jeune frère, il y a eu suspension conditionnelle des procédures dans l'un des cas et pas de preuve suffisante à offrir sur l'autre chef.

Le procureur de la Couronne Me Hippolite Brin avait dès lors annoncé qu'il déposerait une requête pour que le jeune homme soit assujetti à une peine pour adultes. Or, celle-ci n'a pas eu besoin d'être débattue par les parties. Les rapports psychiatrique, psychologique et prédécisionnel qui ont été produits dans ce dossier se sont avérés accablants, si bien que l'avocat de la défense Me David Guévin a consenti à ce que son client soit assujetti à une peine pour adultes.

Les jeunes avaient pris soin d'apporter avec eux... - image 2.0

Agrandir

Les jeunes avaient pris soin d'apporter avec eux quelques centaines de dollars en vue de leur cavale.

Comme l'a précisé Me Brin, les conclusions des trois rapports démontrent clairement que c'est un jeune homme qui a des problèmes de réadaptation. Ceux-ci nécessiteront un travail à long terme, c'est-à-dire une peine de prison supérieure à deux ans, afin de protéger la société. C'est pourquoi le juge Daniel Perreault a ordonné sa détention immédiate dans un pénitencier.

D'ailleurs, son comportement à Pinel est toujours problématique. Le jeune homme continuerait de fréquenter des têtes fortes qui ont une influence très négative sur lui. Il a plaidé coupable à de nouvelles accusations de voies de fait portées contre lui. 

En mai 2016, il a notamment lancé une console de jeu sur un agent d'intervention en lui causant des blessures à la tête et l'épaule. Puis, le 29 janvier dernier, il a été impliqué dans une altercation impliquant Kaven Sirois, l'un des auteurs du triple meurtre de la rue Sicard, lui aussi incarcéré dans le même institut. 

Selon ce qui a été relaté en cour, Leblanc a poussé un résidant de l'Institut avec l'aide d'un autre jeune homme. Kaven Sirois est alors intervenu pour tenter de raisonner Kevin Leblanc en le tirant par la taille mais il a plutôt reçu plusieurs coups de poing de la part du coassaillant. Il a notamment subi des fractures à la main qui ont nécessité une chirurgie.

Quant à Guillaume Picotte, son dossier a été reporté au prochain terme des assises le 15 septembre à l'étape du procès. Il est détenu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer