La cause de Michel Lavoie reportée au 20 juillet

Michel Lavoie... (Archives)

Agrandir

Michel Lavoie

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La cause de Michel Ange Lavoie, cet homme atteint du VIH soupçonné d'avoir agressé sexuellement une femme à Trois-Rivières, a été reportée au 20 juillet toujours au même stade.

L'individu est encore en thérapie au Centre L'Autre côté de l'ombre pour sa problématique de dépendance aux stupéfiants. On se rappellera qu'il avait pu reprendre sa liberté le 5 mai dernier lors de son enquête sur caution mais sous conditions. Il doit entre autres demeurer 24 heures sur 24 au centre de désintoxication, et ce, pendant les quatre premiers mois de sa thérapie. Il lui est aussi interdit de communiquer avec la présumée victime et ses parents et même de se trouver à moins de 100 mètres de leur domicile. Il ne peut pas non plus consommer de drogue ni posséder des armes. 

Lavoie avait été arrêté après le dépôt d'une nouvelle plainte d'agression sexuelle contre lui. Les événements qui lui sont reprochés seraient survenus le 14 avril dans son logement de Trois-Rivières. La présumée victime avait d'ailleurs dû se rendre à l'hôpital pour une trousse médico-légale visant à savoir entre autres si elle avait été infectée par l'accusé. Il a non seulement été accusé d'agression sexuelle mais aussi de voies de fait armés, trafic de cocaïne, voies de fait simples et méfait. 

Rappelons que Michel Ange Lavoie a déjà été condamné à 81 mois de prison en 2011 pour un crime de même nature, soit agression sexuelle grave. En 2003, il avait en effet caché à sa conjointe de l'époque qu'il était séropositif, et ce, même s'il se savait porteur du VIH depuis 1997. La victime avait par la suite contracté le virus.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer