Incendie criminel à La Tuque: Marie Trottier plaide coupable

L'incendie avait eu lieu en novembre 2013 sur... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'incendie avait eu lieu en novembre 2013 sur la rue des Chênes à La Tuque.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Alors que son procès devait s'ouvrir au palais de justice de La Tuque, Marie Trottier a finalement reconnu sa culpabilité à plusieurs chefs d'accusation dont incendie criminel par négligence pour des événements survenus en novembre 2013 dans une résidence de la rue des Chênes à La Tuque.

L'incendie avait causé des dommages importants.... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

L'incendie avait causé des dommages importants.

Courtoisie

Alors que son procès devait s'ouvrir au palais... (Courtoisie) - image 1.1

Agrandir

Courtoisie

Marie Trottier a reconnu, après un ras-le-bol de chicanes avec le propriétaire, avoir mis un chaudron rempli d'huile sur le feu et avoir quitté le domicile qu'elle louait.

«C'était une situation qui s'empirait de jour en jour. [...] Madame admet avoir placé un chaudron avec de l'huile sur la cuisinière, avoir ouvert l'intensité du rond, et avoir quitté le logement. S'en est suivi un incendie», a expliqué son avocat Me Sébastien Talbot.

Elle a également reconnu avoir volé Intact Assurance pour une somme ne dépassant pas 5000 $ et avoir obtenu frauduleusement des aliments, des boissons et le gîte du motel des 9. 

L'incendie criminel par négligence est un crime passible de cinq ans d'emprisonnement maximum. Les deux parties reviendront devant le juge en septembre pour les représentations sur la peine. Ils ont toutefois mentionné qu'ils soumettront, à la prochaine date, une suggestion commune au juge David Bouchard de 12 mois d'emprisonnement dans la collectivité et une probation.

Réal Thiffeault, qui était également accusé dans ce dossier, a pour sa part été acquitté sur le chef d'incendie criminel. Par ailleurs, il a reconnu sa culpabilité pour avoir obtenu frauduleusement des aliments, des boissons et le gîte du motel des 9. 

«Il a eu un montant d'argent de sa compagnie d'assurances. Ce montant-là devait servir à payer les aliments et le motel des 9 pour l'hébergement. Par contre l'argent n'a pas servi à ça [...] On parle d'un montant d'environ 800 $», a expliqué son avocat, Me Sébastien Talbot.

Le juge lui a imposé une sentence suspendue assortie de 50 heures de travaux communautaires et d'une probation d'un an. Il devra notamment garder la paix, avoir une bonne conduite et il lui sera interdit de se présenter au motel des 9.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer