Vingt-deux mois de prison pour avoir sectionné un bout de doigt avec ses dents

Le palais de justice de Trois-Rivières... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le palais de justice de Trois-Rivières

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Christophe Laliberté-Béliveau devra purger 22 mois de prison pour avoir arraché un bout de doigt à un homme lors d'une altercation.

Les événements étaient survenus le 1er juin 2015 à Nicolet. C'est un triangle amoureux qui est à l'origine du délit.

Laliberté-Béliveau s'était présenté à deux reprises au cours de la nuit au domicile de la dame avec qui il avait eu des relations dans le passé. Lors de sa deuxième visite, le conjoint de celle-ci lui avait demandé de quitter les lieux. Les deux hommes avaient par la suite commencé à se bousculer. 

C'est à ce moment que Laliberté-Béliveau avait mordu le doigt de son adversaire au point de lui sectionner la moitié de la première phalange pour ensuite cracher le morceau au sol. 

Laliberté-Béliveau avait par la suite été accusé de voie de fait grave. Dans le cadre d'un procès, la victime avait notamment raconté avoir été marquée à vie par cette agression. La femme au coeur du triangle amoureux avait indiqué ne pas avoir vu Christophe Laliberté-Béliveau mordre le doigt de l'autre homme mais elle l'avait vu cracher quelque chose par terre. 

Pour sa part, Laliberté-Béliveau avait plaidé une défense de réflexe et de légitime défense. Il soutenait que la victime avait tenté de l'étrangler en pressant sa main sur son cou et son visage. Il avait donc mordu par réflexe un de ses doigts qui s'était retrouvé dans sa bouche.

Le juge avait complètement rejeté la théorie de la défense, surtout que Christophe Laliberté-Béliveau compte de nombreux antécédents judiciaires. 

Au stade de la sentence, l'individu âgé de 33 ans a donc écopé de 22 mois de prion. 

Il devra également se soumettre à une probation pendant trois ans, donc 18 mois avec suivi. 

Il lui sera également interdit d'avoir des armes pendant dix ans.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer