Accident mortel au dépôt à neige: la circulation piétonnière en cause

Le camionneur de l'entreprise André Bouvet ltée a... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le camionneur de l'entreprise André Bouvet ltée a été coincé mortellement par le panneau arrière de la benne de sa semi-remorque lors d'une avalanche de neige.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le décès tragique de Allen Pelusso, survenu le 26 janvier dernier à l'un des sites de dépôt à neige de la Ville de Trois-Rivières, est attribuable à des lacunes dans la gestion de l'interaction entre la circulation piétonnière et les opérations d'empilement de la neige.

C'est ce qui ressort de l'enquête menée par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Vers 2 h 25 du matin, le camionneur de l'entreprise André Bouvet ltée s'est retrouvé coincé mortellement par le panneau arrière de la benne de sa semi-remorque lors d'une avalanche de neige.

Au Québec, depuis cinq ans, pas moins de 40 travailleurs sont décédés après avoir été coincés par de l'équipement ou des objets. La possibilité de donner des constats d'infraction dans ce dossier est toujours à l'étude du côté des services juridiques de la CNESST.

La Ville de Trois-Rivières compte trois sites de dépôt à neige, dont un situé sur la rue Bellefeuille. Depuis quelques années, Cap Excavation inc. gère de façon contractuelle l'empilement de la neige sur ce site. 

Le matin de l'accident, le camionneur arrive sur le site de dépôt à neige de la rue Bellefeuille afin d'y déverser son chargement de neige. 

Comme à l'habitude, il recule sa semi-remorque au pied de l'amoncellement de neige et incline la benne pour procéder au déchargement. Une fois celui-ci effectué, il l'avance d'environ cinq mètres de son déchargement, tout en laissant la benne inclinée. 

Par la suite, le camionneur descend de son véhicule et se rend à l'arrière de sa semi-remorque pour s'assurer qu'il n'y a plus de neige dans la benne. Pour ce faire, il insère une partie de son corps entre le panneau arrière et le bâti de la benne pour regarder à l'intérieur.

«Au même moment, une avalanche de neige se produit, alors qu'une souffleuse en marche est positionnée entre l'arrière de la semi-remorque et l'amoncellement de neige. La souffleuse est alors déplacée latéralement vers la gauche sur une distance de près de six mètres et frappe le panneau arrière de la benne, écrasant ainsi le camionneur», a décrit mercredi l'inspecteur Denis Marchand en conférence de presse.

L'enquête aura donc permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l'accident. D'une part, une avalanche de neige a poussé une souffleuse contre l'arrière d'une semi-remorque, écrasant ainsi mortellement le travailleur.

D'autre part, la gestion de l'interaction entre la circulation piétonnière et les opérations d'empilement de la neige sur le site de dépôt à neige n'a pas assuré la sécurité des travailleurs, notamment en présence d'avalanche.

À la suite de l'accident, la CNESST avait interdit toute circulation piétonnière sur le site. De plus, elle avait exigé de la Ville de Trois-Rivières et de Cap Excavation inc. l'aménagement d'une zone sécurisée permettant aux camionneurs de descendre de leur véhicule en toute sécurité. Les employeurs se sont conformés à cette exigence.

En effet, dans les semaines qui ont suivi, une aire de débarquement balisée et sécurisée a été aménagée sur le site de dépôt à neige du site Bellefeuille de manière à permettre aux camionneurs de descendre en toute sécurité de leur véhicule.

Une nouvelle consigne de sécurité est maintenant affichée à l'entrée du site: «Interdiction de descendre des véhicules excepté dans la zone sécurisée». Les transporteurs sous-traitants ont été avisés de cette nouvelle consigne. Ces mesures correctives seront apportées aux deux autres sites de dépôt à neige de la Ville de Trois-Rivières.

Pour faire suite aux mesures correctives mises en place, la CNESST a autorisé la circulation piétonnière sur les trois sites de dépôt à neige de la Ville de Trois-Rivières, mais seulement dans les zones sécurisées nouvellement aménagées.

«Afin d'éviter qu'un tel accident se reproduise, la CNESST demandera à l'Association nationale des camionneurs artisans inc., à l'Association du camionnage du Québec ainsi qu'à l'Union des municipalités du Québec d'informer leurs membres des conclusions de l'enquête et de leur rappeler la nécessité de respecter les consignes concernant la circulation piétonnière dans les dépôts à neige», a fait savoir le directeur santé et sécurité, Mario Gosselin.

Par ailleurs, dans le cadre de son partenariat avec la CNESST visant l'intégration de la santé et de la sécurité du travail dans la formation professionnelle et technique, le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur diffusera, à titre informatif et à des fins pédagogiques, le rapport d'enquête dans les établissements de formation qui offrent les programmes d'études Transport par camion.

«On s'en sert pour faire la promotion en santé et sécurité au travail», a conclu le chef d'équipe, Mathieu Vermot.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer