Contacts sexuels sur un bébé: Miguel Blais risque trois ans de prison

Miguel Blais... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Miguel Blais

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Miguel Blais de Trois-Rivières devra patienter jusqu'au 8 juin pour connaître la sentence qui lui sera imposée pour divers crimes, dont des contacts sexuels sur un bébé de deux ans.

D'ores et déjà, il est cependant assuré que le jeune homme de 31 ans prendra le chemin de la prison. Le procureur de la Couronne, Me Jean-Marc Poirier, a en effet réclamé qu'une peine variant entre 30 et 36 mois de pénitencier lui soit imposée pour tous les délits.

Même si l'individu n'a aucun antécédent judiciaire, les gestes qu'il a posés entre 2010 et 2015 sont particulièrement graves, se sont étirés sur cinq ans et ont eu de lourdes conséquences sur la vie des victimes.

Miguel Blais a en effet admis avoir possédé, produit et rendu accessible de la pornographie juvénile entre juillet 2010 et avril 2015. Les policiers avaient d'ailleurs retrouvé dans son ordinateur plus de 3700 fichiers illégaux sur lesquels on voyait des enfants âgés de 2 à 15 ans être victimes d'agressions sexuelles.

Il a également plaidé coupable à un chef de contacts sexuels sur un enfant âgé de deux ans. Il lui avait notamment enlevé sa petite culotte afin de prendre des photos de ses parties génitales. Le crime a été commis à une seule reprise en 2010. 

L'avocat de Miguel Blais, Me Alexandre Biron, a pour sa part suggéré qu'une peine de 18 à 24 mois de prison lui soit imposée, moins les neuf jours de détention provisoire. Dans sa plaidoirie, il a insisté sur l'importance de la réinsertion sociale qui pourrait se traduire par une probation avec suivi.

En ce sens, il a rappelé que son client était sans reproche hormis le fait qu'il a une sexualité déviante pour laquelle il bénéficie justement d'un suivi sexologique. Il a aussi fait mention des regrets sincères de Miguel Blais et des conséquences que cette affaire avait eues dans sa vie, dont une perte d'emploi. Enfin, il aurait reconnu les faits dès le départ et plaidé coupable. 

Après avoir entendu les arguments des avocats, le juge Jacques Lacoursière a annoncé qu'il allait prendre la cause en délibéré. Il prononcera donc la sentence le 8 juin. 

Rappelons que Blais avait été arrêté le 8 avril 2015 à la suite d'une enquête menée par l'Équipe d'enquêtes sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet de la Sûreté du Québec. Il avait par la suite pu reprendre sa liberté durant les procédures judiciaires, mais sous conditions.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer