Altercation filmée à Val-Mauricie: le jeune agresseur arrêté

Le jeune présumé agresseur de l'école secondaire Val-Mauricie...

Agrandir

Le jeune présumé agresseur de l'école secondaire Val-Mauricie a été arrêté en fin de journée jeudi.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Le jeune adolescent qui aurait agressé un camarade de classe à la sortie de l'école secondaire Val-Mauricie, mardi après-midi à Shawinigan, a été arrêté par la Sûreté du Québec en fin de journée jeudi. Il devra désormais répondre de ses actes devant la justice.

L'adolescent a d'abord été rencontré par les enquêteurs de la Sûreté du Québec, puis placé en état d'arrestation avant d'être relâché sous promesse de comparaître à une date ultérieure. Il devra comparaître devant le Tribunal de la jeunesse et pourrait faire face notamment à des chefs d'accusation de voies de fait.

On se souviendra que l'altercation entre les deux adolescents est survenue mardi après-midi, à la sortie des classes de l'école secondaire du secteur Shawinigan-sud. La scène a été filmée par un autre camarade et partagée dans les médias et sur les réseaux sociaux. On voyait le jeune agresseur frapper violemment un autre adolescent au sol, qui tentait tant bien que mal de se protéger et de se dégager. La scène a été vue par des dizaines d'autres élèves qui ne sont pas intervenus. Certains encourageaient même le jeune agresseur à continuer.

La bagarre a pris fin au bout d'une quarantaine de secondes grâce à l'intervention d'une chauffeuse d'autobus. Les deux surveillants attitrés à la cour d'école cette journée-là n'ont pas été témoins de la scène. L'un se trouvait toujours à l'intérieur du bâtiment de l'école, alors que l'autre surveillait un autre côté de la cour et se trouvait déjà en intervention sur un autre événement. 

La Commission scolaire de l'Énergie a demandé à la direction de l'école de resserrer ses mesures de sécurité à la suite de ces événements. La direction a par ailleurs rencontré les élèves et les professeurs afin de les sensibiliser de nouveau à l'importance d'agir et de dénoncer l'intimidation et les gestes de violence.

De son côté, la Sûreté du Québec n'excluait pas, jeudi, que d'autres personnes dans cette affaire puissent être rencontrées. Les policiers pourraient notamment s'intéresser aux cas des élèves qui ont encouragé l'agresseur à poursuivre, autant qu'au cas de la personne qui a filmé la scène. 

L'histoire a fait grand bruit sur les réseaux sociaux et a soulevé l'indignation des internautes qui ont partagé la nouvelle. Autant plusieurs dénoncent le geste de violence, autant une bonne partie des personnes ayant commenté la nouvelle souhaitaient que des sanctions soient également prises contre ceux qui ont filmé et encouragé la scène.

La Commission scolaire avait indiqué jeudi que les «mesures adéquates» avaient été prises contre l'élève soupçonné d'avoir agressé son camarade de classe, mais n'avait pas précisé la teneur de ces mesures étant donné la nature confidentielle du dossier scolaire des élèves.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer