Des dalmatiens empoisonnés?

Skittle et Pongo sont décédés dans des circonstances... (Courtoisie)

Agrandir

Skittle et Pongo sont décédés dans des circonstances nébuleuses.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Maurice) Jonathan Lessard et Kim Chevrette, de Saint-Maurice, ont porté plainte à la Sûreté du Québec après la mort suspecte de leurs deux chiens. Les deux dalmatiens de deux ans, Skittle et Pongo, sont morts au cours des derniers jours en raison de sévères problèmes soudains aux reins causés possiblement par un empoisonnement. Leurs maîtres soupçonnent un acte de cruauté animale.

Jonathan Lessard, Kim Chevrette et la petite Niki... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Jonathan Lessard, Kim Chevrette et la petite Niki en compagnie d'un des deux dalmatiens.

Courtoisie

«C'était deux gros bébés. Il n'y avait aucune malice dans ces chiens», affirme Jonathan Lessard, un des maîtres des deux dalmatiens décédés dans des circonstances nébuleuses. 

Il y a moins d'une semaine, les deux dalmatiens étaient en pleine forme. Leur état de santé s'est toutefois détérioré en même temps jeudi soir. Après plusieurs heures à souffrir, Skittle est décédé vendredi soir alors que Pongo a survécu jusqu'à samedi midi. 

Jonathan Lessard indique que ses deux chiens avaient échappé à sa vigilance en avant-midi, alors qu'il était dans son garage. Se rendant compte que ses chiens n'étaient plus sur son terrain, il est allé les chercher dans son quartier de Saint-Maurice en les appelant par leur nom. Les deux chiens ont finalement été retrouvés au bout du rang. 

Le vétérinaire qui a traité les dalmatiens s'explique mal comment les deux pouvaient avoir les mêmes problèmes de santé simultanément. Cité dans un reportage de Radio-Canada Mauricie, le Dr Mohsen Petrous indique que leurs reins ne fonctionnaient plus du tout.

Il estime que ce soudain état de santé est dû à ce que les chiens ont mangé ou bu. Le vétérinaire précise qu'il arrive à cette période de l'année que des chiens s'empoisonnent à l'antigel. Les symptômes de cet empoisonnement s'apparentent à ceux vécus par les deux dalmatiens. 

Les chiens doivent subir une autopsie au cours des prochains jours afin de déterminer les causes des sévères problèmes rénaux. Il est toutefois fort étrange que les deux animaux aient eu les mêmes problèmes de santé au même moment et à un si jeune âge. Les résultats des autopsies seront connus d'ici trois semaines. Ils sont indispensables pour la poursuite de l'enquête policière.

Acte de cruauté animale?

Jonathan Lessard est toutefois convaincu que ses chiens sont morts des suites d'un acte de cruauté animale. C'est d'ailleurs pourquoi sa conjointe et lui ont porté plainte à la SQ. Selon le propriétaire des chiens, dès l'arrivée du couple dans le quartier, certains voisins se sont plaints des deux dalmatiens. 

«Deux voisins s'acharnaient à faire des plaintes», dit-il. «Un chialait parce que lorsque mes chiens étaient dans leur cage, à l'intérieur de la maison, ils pouvaient japper quand des voitures arrivaient. Il demandait de fermer mes fenêtres en été.»

Lorsque le couple a aménagé dans sa maison de Saint-Maurice, aucun périmètre de sécurité n'était aménagé pour les deux jeunes chiens. Son propriétaire précise que les chiens allaient surtout jouer avec le chien d'un voisin. 

«Nous ne sommes pas 100 000 dans notre secteur. Les voisins ne venaient même pas cogner pour nous le dire, ils envoyaient des plaintes par papier ou par la Municipalité», ajoute Jonathan Lessard. 

«Nos chiens ne voulaient que jouer, ils ne faisaient rien de mal. Des dalmatiens c'est joueur.»

Campagne de sociofinancement

L'hospitalisation d'urgence des deux dalmatiens a bien sûr entraîné des coûts importants. Afin de pouvoir les défrayer, leurs deux maîtres ont initié une compagne de sociofinancement sur le site Internet gofundme.com.

En deux jours, près de 150 personnes ont enregistré des dons permettant au couple de recevoir près de 3200 $. Ce montant servira à payer les frais de médecine vétérinaire. 

Cette générosité touche énormément le couple. «Ça fait du bien de savoir qu'on est soutenu. Je n'aurais pas pu me permettre de me rendre à l'autopsie sans ce soutien», note M. Lessard.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer