Les flammes détruisent deux résidences à Nicolet

Une trentaine de pompiers ont combattu les flammes... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Une trentaine de pompiers ont combattu les flammes qui ont détruit deux résidences de la rue Joseph-Marie-Cécile à Nicolet.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Nicolet) Comme ce fut le cas la semaine dernière dans le secteur Sainte-Angèle-de-Laval à Bécancour, deux maisons voisines ont été détruites par un incendie, vendredi, sur la rue Joseph-Marie-Cécile à Nicolet.

Les flammes ont fait leur apparition en fin d'avant-midi dans une première maison avant de rapidement se propager à l'habitation voisine via son abri d'auto. À l'arrivée des pompiers, les deux bâtiments étaient déjà en feu.

«Ce n'était pas encore un embrasement généralisé dans la première maison, mais les flammes étaient déjà visibles sur un des murs extérieurs. La deuxième était également déjà touchée. Nous avons été en mode défensif dès le début de l'opération. Alors que j'étais encore sur la route, je demandais déjà du renfort de Bécancour et de Grand-Saint-Esprit en raison du nuage de fumée que je voyais», explique le directeur du Service de sécurité incendie de Nicolet, Martin Provencher. Ce dernier mentionne que les forts vents ont compliqué passablement le travail de ses hommes.

La rue Joseph-Marie-Cécile a été fermée à la circulation automobile jusqu'à la fin de l'intervention en fin d'après-midi. La route du Port est quant à elle demeurée ouverte. En tout, une trentaine de pompiers ont été dépêchés sur place.

La cause du brasier n'est pas encore connue, mais il est peu probable qu'il soit d'origine criminelle.

Alors que la première maison touchée était vide lorsque l'élément destructeur a commencé son oeuvre destructrice, le propriétaire de la seconde se trouvait à l'intérieur de la sienne lorsque l'incendie s'est déclaré. Il venait d'ailleurs tout juste d'y revenir pour dîner. Une fois qu'il a constaté la présence de fumée, il s'est précipité à l'extérieur en emportant son chien avec lui. Son chat était quant à lui resté à l'intérieur et a été retrouvé au sous-sol par des pompiers pendant l'opération. Un autre chien, qui se trouvait dans la résidence où le feu a débuté, a été secouru par des policiers de la Sûreté du Québec.

«C'est 34 ans de notre vie ça. C'est tous nos souvenirs, nos deux parents, nos familles, les photos qu'on avait. Il n'y a plus rien de ça», a-t-il mentionné aux représentants des médias alors qu'il assistait impuissant à ce triste spectacle.

Habitant une maison située juste en face des deux touchées, François Duval soutient que les vents intenses qui soufflaient au moment où l'incendie s'est déclaré ont probablement fait en sorte que les flammes se sont propagées rapidement. À un moment donné, il a même eu peur pour sa propre résidence.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer