Saint-Jean-des-Piles: Embarcations Trudel rasée par les flammes

Il ne reste plus que des ruines de... (François Gervais)

Agrandir

Il ne reste plus que des ruines de l'atelier de l'entreprise Embarcations Trudel, à Saint-Jean-des-Piles.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shaeinigan) Un incendie a complètement détruit, vendredi matin, l'entreprise Embarcations Trudel du secteur Saint-Jean-des-Piles à Shawinigan. L'entreprise, dont le carnet de commandes était bien rempli pour les prochains mois, est considérée comme une perte totale, mais pourrait bien se relocaliser rapidement dans un autre bâtiment pour tenter de poursuivre la production.

Aussi connue sous le nom de Bateaux Saint-Jean-des-Piles, l'entreprise était établie en plein coeur de la municipalité de Saint-Jean-des-Piles. Les flammes auraient pris naissance vers 4 h 45 tôt vendredi matin dans l'atelier de fabrication des embarcations. «Dès le moment où nous avons reçu les appels des voisins, c'était déjà embrasé, car les gens nous disaient qu'ils voyaient des flammes sortir du bâtiment. À notre arrivée, nous sommes donc passés en mode défensif», explique Carl Boulianne de la sécurité incendie de la Ville de Shawinigan.

En effet, trois résidences se trouvaient à quelques mètres à peine de l'atelier de fabrication et la trentaine de pompiers s'est affairée à ce que l'incendie ne se propage pas à ces bâtiments. Bien que l'entreprise soit aujourd'hui une perte totale, personne n'a été blessé dans le brasier.

C'était d'ailleurs ce qui rassurait le propriétaire des lieux, Stéphane Trudel, qui se disait soulagé que personne ne se soit retrouvé à l'intérieur lorsque l'incendie s'est déclaré et que les maisons voisines aient été épargnées. Il doit toutefois faire face à tout un casse-tête pour tenter de reprendre la production le plus rapidement possible, étant donné qu'à l'approche de la belle saison, le carnet de commandes d'Embarcations Trudel était bien rempli pour les cinq employés de l'entreprise.

«Il faut respecter les commandes, on en avait beaucoup», confie-t-il. M. Trudel compte maintenant s'installer de façon temporaire dans un bâtiment qui appartenait à son père lorsqu'il a fondé l'entreprise, en 1979. «On va pouvoir s'installer là temporairement, il y a encore des moules. Nous avions commencé là avant de descendre au village quelques années après», explique-t-il, ne cachant toutefois pas que les pertes seront importantes, probablement chiffrées en centaines de milliers de dollars.

Stéphane Trudel, propriétaire de l'entreprise.... (François Gervais) - image 4.0

Agrandir

Stéphane Trudel, propriétaire de l'entreprise.

François Gervais

Vendredi, Stéphane Trudel était en contact avec sa compagnie d'assurances pour connaître les options qui s'offraient à lui pour une possible reconstruction. L'an dernier, Embarcations Trudel avait produit tout près de 350 embarcations, que ce soit canots de rivière, canots avec petit moteur ou encore des chaloupes de 10 à 16 pieds. Son marché se situe principalement dans les pourvoiries du Québec ainsi que chez certains détaillants québécois.

Quant à la cause de l'incendie, elle demeurait encore à être déterminée vendredi après-midi, mais M. Trudel notait que les flammes avaient débuté du côté droit de la bâtisse, là où se trouvaient les panneaux électriques.

Ville

Pour la conseillère municipale du district de la Rivière, Nancy Déziel, l'incendie de vendredi avait de quoi ébranler la communauté, pour qui la construction d'embarcations est une signature depuis bien des années. Saint-Jean-des-Piles a en effet déjà compté sept constructeurs de bateaux. Aujourd'hui, il n'en reste plus que deux, dont Embarcations Trudel.

«Avec la rivière Saint-Maurice, c'est devenu une signature pour les gens. Ce sont des produits recherchés qui ont fait leur renommée, alors c'est certain que ça affecte le monde au point de vue moral. Mais je suis confiante que les propriétaires vont pouvoir se relever, et nous pourrons les aider», fait savoir Mme Déziel.

En effet, la Ville de Shawinigan dispose, par le biais de son service du développement économique, d'une liste de locaux vacants qu'elle peut rendre disponibles aux entrepreneurs qui, comme M. Trudel, pourraient en avoir besoin le temps d'une relocalisation. Par ailleurs, lors d'une reconstruction, si l'entreprise prévoit agrandir ou apporter des améliorations, plusieurs fonds sont disponibles pour soutenir les entrepreneurs, ajoute Mme Déziel.

«Je vais m'assurer qu'on prenne contact avec l'entreprise pour leur faire connaître l'aide qui est disponible. Ça nous touche particulièrement quand on sait que c'est une entreprise familiale, c'est le patrimoine», croit Mme Déziel.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer