Pornographie juvénile: la cause de Claude Richard reportée

Claude Richard fait face à des accusations de... (Facebook)

Agrandir

Claude Richard fait face à des accusations de possession, distribution et d'accession à du matériel de pornographie juvénile pour des événements survenus en 2016 et 2017.

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La cause de Claude Richard, cet ancien bénévole de la Fondation Cédrika-Provencher qui fait face à des accusations liées à la pornographie juvénile, a été reportée au 12 mai.

Son avocate, Me Karine Bussière, a en effet indiqué vendredi matin au juge David Bouchard que la communication de la preuve n'était pas complétée encore. Il lui manque certains éléments en lien avec le contenu de l'ordinateur de Claude Richard, ce qui a été immédiatement confirmé par la procureure de la Couronne, Me Catherine Vincent. Il a donc été convenu de reporter le dossier au 12 mai pour permettre aux policiers de faire leur enquête et de poursuivre la communication de la preuve. 

Rappelons que Claude Richard fait face à des accusations de possession, distribution et d'accession à du matériel de pornographie juvénile pour des événements survenus en 2016 et 2017. Lors d'une perquisition, les policiers de la Sûreté du Québec avaient saisi du matériel informatique à son domicile afin de l'analyser en profondeur.

Le suspect était un bénévole pour la Fondation Cédrika-Provencher, et ce, depuis plusieurs années. Il avait été engagé à titre de sous-traitant par la Fondation entre mars 2015 et avril 2016. Il était responsable de la recherche de financement pour le développement d'un projet particulier. Ce contrat avait pris fin en avril 2016.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer