Fraude: Manon Saint-Yves prend le chemin de la prison

Manon Saint-Yves passera la prochaine année derrière les... (François Gervais)

Agrandir

Manon Saint-Yves passera la prochaine année derrière les barreaux.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Manon Saint-Yves, cette ancienne commis-comptable accusée de fraude pour un montant totalisant près de 150 000 $ contre des compagnies appartenant à Rosaire Hébert, a pris le chemin de la prison lundi, au palais de justice de Trois-Rivières. La dame, qui avait plaidé coupable en octobre dernier, a été condamnée à une peine d'un an de prison.

Au départ, la victime avait évalué ses pertes à plus de 300 000 $. La prévenue avait ainsi floué Courtage Rosaire Hébert, Groupe CRH Division produits et services financiers et une compagnie à numéro, toutes des propriétés de Rosaire Hébert. Toutefois, lors d'une suggestion commune présentée lundi au juge Jacques Trudel, les avocats ont indiqué que la preuve ne pouvait démontrer hors de tout doute raisonnable certaines pertes alléguées, sinon que celle de 150 000 $ pour laquelle elle a plaidé coupable.

Le stratagème avait duré environ un an. Manon Saint-Yves détournait des sommes d'argent des comptes des compagnies de Rosaire Hébert pour les verser directement dans son compte personnel. Avec ces sommes, Mme Saint-Yves souhaitait se lancer en affaires, mais son entreprise aura fait faillite au bout de quelques mois. La prévenue a également déclaré faillite personnelle, ce qui rendait tout remboursement ou dédommagement impossible pour elle. 

Le juge Jacques Trudel a pour sa part rappelé que le crime pour lequel Manon Saint-Yves était accusée était passible d'une peine d'emprisonnement maximale de 14 ans. Il a donc estimé la suggestion commune des deux parties comme étant raisonnable, compte tenu de l'ampleur de la fraude, qu'il y avait forcément eu préméditation et qu'elle avait ainsi trahi la confiance de son employeur. 

La prévenue devra aussi se soumettre à une probation de deux ans à sa sortie de prison, où il lui sera interdit d'avoir tout contact avec Rosaire Hébert, ses entreprises ou ses employés. Il lui sera également interdit d'occuper un emploi, bénévole ou rémunéré, dans la comptabilité ou les finances. 

Il semble toutefois que l'Autorité des marchés financiers lui avait déjà retiré le droit de pratiquer son métier à la suite des accusations portées contre elle.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer