Fraudés sur Kijiji

Jacques Duval et une Trifluvienne auraient été victimes... (Archives, La Presse)

Agrandir

Jacques Duval et une Trifluvienne auraient été victimes du même fraudeur.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Une dame de Trois-Rivières a récemment été victime d'une fraude de 9500 $, alors qu'elle souhaitait vendre un bien qu'elle possédait sur le populaire site de petites annonces Kijiji.

La Sécurité publique enquête d'ailleurs sur cet événement, qui pourrait avoir été commis par le même fraudeur qui a récemment usurpé près de 14 000 $ au chroniqueur automobile Jacques Duval. 

Ce dernier avait mis en vente, il y a quelques mois, une montre Rolex au prix de 13 800 $. Un homme s'étant montré intéressé à acheter le bien s'est présenté chez lui pour aller récupérer la montre, en échange d'un chèque certifié de la Banque Royale du Canada qui semblait complètement en règle.

Or, il s'agissait d'un faux document, ce que le chroniqueur automobile a réalisé en allant encaisser le chèque à son institution financière. Une plainte a été portée, mais le fraudeur n'a pas encore été trouvé.

Selon l'agent Michel Letarte de la Sécurité publique de Trois-Rivières, le même individu aurait pu frapper à Trois-Rivières le 29 janvier dernier. 

Une dame avait mis en vente un spa sur Kijiji, au montant de 9500 $. Elle a reçu l'appel d'un acheteur intéressé, mais qui lui disait se trouver dans la région de Montréal. Il a alors proposé qu'un membre de sa famille vienne récupérer le bien.

La personne s'est alors présentée chez la vendeuse pour récupérer le spa, toujours avec en main un chèque certifié de la Banque Royale du Canada. 

Il a pris l'équipement et la dame s'est rendu compte de la fraude en voulant aller encaisser son chèque, réalisant à ce moment qu'il s'agissait d'un faux chèque certifié.

Une enquête a été ouverte, indique Michel Letarte. «Certains éléments nous portent à croire qu'il pourrait s'agir du même individu. Le modus operandi est le même, mais il y a aussi des similarités avec les chiffres présents sur les deux faux documents», indique M. Letarte.

Ce dernier profite de l'occasion pour rappeler que lors de ventes sur des sites de petites annonces, il est important de toujours demeurer vigilant. 

«Même un chèque certifié ou une traite bancaire ne peut être garant d'un paiement en règle. Vous êtes mieux d'aller d'abord faire vérifier le chèque à votre institution bancaire avant de permettre à la personne de repartir avec le bien qu'elle désire vous acheter», mentionne-t-il.

Par ailleurs, M. Letarte conseille aux citoyens de ne jamais hésiter à demander une pièce d'identité à la personne qui récupère le bien pour s'assurer de pouvoir la retracer une fois la vente conclue.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer