Fin tragique d'un employé au dépôt à neige de Trois-Rivières

Un amoncellement de neige se serait détaché de... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Un amoncellement de neige se serait détaché de la montagne, poussant une souffleuse qui aurait ensuite percuté le camion du travailleur. Ce dernier s'est retrouvé coincé entre les deux.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Un travailleur de 52 ans a perdu la vie très tôt jeudi matin, sur le site de dépôt à neige de la rue Bellefeuille, à Trois-Rivières. L'homme, qui travaillait pour l'entreprise André Bouvet ltée de Bécancour, embauchée par la Ville de Trois-Rivières pour ses opérations de déneigement, n'a eu aucune chance et son décès a été constaté sur les lieux.

Des enquêteurs de la CNESST ont été sur... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Des enquêteurs de la CNESST ont été sur place toute la journée pour recueillir les informations utiles à leur enquête.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

L'accident est survenu vers 2 h 25 du matin, alors que les opérations de déneigement se poursuivaient sur tout le territoire de la Ville. Selon les premières observations de la CNESST, l'homme avait quitté son camion de transport de neige et circulait à pied près de son camion lorsqu'il s'est retrouvé coincé entre son véhicule et une souffleuse. 

Selon nos informations, l'homme s'affairait à regarder si son chargement avait bien été complètement déversé de son camion. Au même moment, un important amoncellement de neige s'est détaché de la montagne du dépôt à neige, causant une avalanche qui aurait poussé la souffleuse vers le camion.

L'homme s'est donc retrouvé coincé entre les deux. Il semble d'ailleurs que l'épaisse couche de glace formée sur la montagne de neige lors des pluies de décembre aurait empêché la nouvelle neige soufflée sur la montagne de bien s'accrocher, causant cette importante chute au beau milieu de la nuit.

Les policiers et enquêteurs de la Sécurité publique se sont rapidement rendus sur les lieux lors de l'incident. «Nous avons ouvert une enquête, mais nous avons vite pu constater qu'il n'y avait aucun élément criminel. Nous avons donc transféré le dossier à la CNESST qui se chargera de la suite de l'enquête», fait savoir Carole Arbelot.

«Nous sommes en cours d'enquête et notre mandat est d'évaluer toutes les pistes possibles qui ont mené à cet accident. Est-ce que les directives de sécurité étaient suffisantes? Est-ce que les employés connaissaient ces directives? Ce sont les causes qui nous intéressent afin d'émettre des recommandations pour que ça ne se reproduise plus», a relaté la porte-parole de la CNESST, Nicole Roy.

Déjà en milieu de journée, la Ville de Trois-Rivières indiquait avoir mis en place des mesures correctives demandées par la CNESST.

«On nous a demandé de mettre un nouvel affichage à tous nos sites de dépôt à neige comme quoi il est interdit à tous les camionneurs de sortir de leur véhicule lorsqu'ils s'y présentent. De plus, on a mandaté une firme de sécurité pour que des gardiens s'assurent que cette consigne est respectée sur les sites», indique le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant. 

Selon lui, il pourrait s'agir d'un premier décès au Québec sur un site de dépôt à neige dans des circonstances similaires.

«Nous allons attendre les conclusions du rapport de la CNESST ainsi que du coroner et apporter tous les correctifs qui s'imposeront. Ça pourrait probablement changer les façons de faire sur les sites de dépôt à neige au Québec», mentionne Yvan Toutant. 

Ce dernier a évidemment indiqué que la Ville était de tout coeur avec la famille du travailleur qui a perdu la vie, et offrait ses plus sincères condoléances à ses proches.

Les opérations sur le site de dépôt à neige n'ont pas été interrompues, hormis à l'endroit où l'accident est survenu et où un périmètre a été érigé pour permettre à la CNESST de mener son enquête.

«Il y a des opérations de déneigement à faire en ville pour permettre de dégager les voies. La CNESST nous a autorisés à poursuivre, car ils ont compris qu'il fallait continuer d'assurer la sécurité des automobilistes», ajoute M. Toutant.

L'employé travaillait pour l'entreprise André Bouvet ltée de Bécancour, une des entreprises privées embauchées par la Ville de Trois-Rivières pour effectuer le déneigement sur son territoire. Du côté de l'administration, jeudi matin, on indiquait n'avoir aucun commentaire à faire étant donné qu'une enquête était en cours. Il semble toutefois qu'un service de soutien psychologique puisse être apporté aux collègues de l'homme qui pourraient en avoir besoin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer