Une femme de Bécancour accusée d'agression sexuelle aux Bahamas

Karine Gagné, lors de son arrestation aux Bahamas.... (The Tribune, Nassau)

Agrandir

Karine Gagné, lors de son arrestation aux Bahamas.

The Tribune, Nassau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Bécancour) Une mère de trois enfants du secteur Sainte-Gertrude à Bécancour, Karine Gagné, est présentement emprisonnée aux Bahamas pour une agression sexuelle présumée qu'elle aurait commise sur un mineur.

Chantale Auclair multiplie les démarches pour que sa... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Chantale Auclair multiplie les démarches pour que sa fille, Karine Gagné, soit libérée et ramenée au pays en attendant la suite des choses.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Or, selon la mère de la jeune femme de 23 ans, sa fille n'a jamais pu savoir que le garçon était d'âge mineur et les contacts entre les deux étaient consentants.

Chantale Auclair multiplie d'ailleurs les appels sur la place publique pour venir en aide à sa fille, qui doit revenir en cour le 3 février prochain pour savoir si elle pourra être libérée sous conditions. Mme Auclair, qui habite Daveluyville, s'inquiète non seulement de savoir sa fille emprisonnée aux Bahamas, mais souhaite aussi son retour le plus rapidement possible pour le bien-être de ses trois fillettes de 3, 4 et 5 ans.

La jeune femme était partie en croisière avec des collègues, un voyage qu'elle avait gagné dans le cadre de son travail de représentante pour des produits érotiques. Le 4 janvier dernier, elle se trouvait au bar du casino du navire avec des collègues lorsqu'elle a commencé à fraterniser avec un jeune Américain. Ce dernier lui aurait mentionné qu'il avait 18 ans, alors qu'il était en réalité âgé de 15 ans. 

«Il mesurait plus de 6 pieds et avait de la barbe. Il n'y avait aucun moyen pour elle de savoir qu'il n'était pas majeur comme il le disait. Ma fille m'a dit qu'ils sont allés dans une salle de bain, et c'est en sortant de là que la mère du jeune homme a piqué une crise et a voulu porter plainte. Les deux étaient consentants, même que le jeune homme n'arrêtait pas de dire à sa mère de ne pas porter plainte, mais elle l'a fait quand même», explique Chantale Auclair.

Karine Gagné a été arrêtée un peu plus tard dans la nuit et emmenée en détention. Elle est présentement détenue à Nassau, dans une prison où les conditions sont un peu plus acceptables que celles vécues lors de son arrestation au poste de police. 

«La première nuit, ce n'était pas drôle. Effectivement, tout le monde était ensemble et ils faisaient leurs besoins par terre. Par contre, là où elle est présentement, les conditions sont meilleures. Elle a son lit, elle peut aller aux toilettes et se laver. Ça me rassure un peu, même si je voudrais la savoir ailleurs qu'en prison, c'est certain», confie Chantale Auclair.

Mme Auclair s'est rendue aux Bahamas dans les derniers jours et est rentrée au pays mardi. Elle voulait absolument voir sa fille et la rassurer. Depuis son retour, les démarches se multiplient afin de lui venir en aide. Des avocats ont aussi été assignés à son dossier aux Bahamas. Elle entend contacter son député ainsi que le ministère des Affaires étrangères. 

«Lors de sa comparution, il n'y avait personne de l'ambassade canadienne avec elle. Même la juge a dit que ce n'était pas habituel», déplore-t-elle.

Le 3 février prochain, la jeune femme comparaîtra devant la Cour suprême à Nassau afin d'établir si elle pourra être libérée sous caution. Sa mère entend bien s'y rendre de nouveau pour soutenir sa fille. Chantale Auclair se pose d'ailleurs de sérieuses questions sur la responsabilité réelle de sa fille dans cette histoire. 

«Le jeune homme avait été admis dans le bar et il consommait de l'alcool. Est-ce qu'il avait le droit de consommer? Est-ce qu'il avait le droit d'être présent? Et sa mère aurait-elle dû ne pas l'autoriser à se trouver à cet endroit? C'est quoi sa responsabilité vu son âge? J'ai tellement de questions, et je ne connais pas le système de justice là-bas», mentionne-t-elle.

Collecte de fonds

Présentement, plusieurs activités de financement se mettent en branle pour amasser des dons afin de pouvoir payer la caution et les avocats de la jeune femme.

Son père a mis en ligne une campagne de sociofinancement sur le site Onedollargift, sous le nom «aider ma fille emprisonné à tort au Bahamas (sic)». Jeudi soir, plus de 4000 $ avaient été amassés, sur un objectif de 25 000 $.

Des collègues de travail du bar Le Rebel de Sainte-Perpétue, où Karine Gagné travaille, organisent aussi une activité de collecte de fonds de 12 heures, le 2 février prochain, à la cabane à sucre Chez Ti-Père de Drummondville.

Dès 15 h et jusqu'à 3 h du matin, plusieurs groupes de musique se relaieront sur scène de façon bénévole. L'argent amassé à l'entrée (10 $ par personne) ira directement pour défendre la jeune mère, de même que les profits des ventes de la soirée et les pourboires des serveuses, indique l'organisatrice et patronne de Karine Gagné, Karyn Lavertu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer