Jonathan Bettez: la cause est remise au 14 février

Le dossier de Jonathan Bettez a été reporté... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le dossier de Jonathan Bettez a été reporté au 14 février pour la forme.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La cause de Jonathan Bettez, accusé de six chefs de pornographie juvénile, a encore une fois été reportée.

Cette fois-ci, le dossier a été remis pour la forme au 14 février afin que la Couronne puisse transmettre d'autres documents à la défense. Jonathan Bettez n'était d'ailleurs pas présent en cour mardi, pas plus que son avocate Me Magali Lepage qui était elle-même représentée par une collègue. 

Selon ce qui a été annoncé au tribunal, la défense est en attente d'un autre rapport que la Couronne doit lui fournir avant de prendre position et de décider de la suite des procédures. 

On sait que Jonathan Bettez fait l'objet de soupçons dans l'enlèvement et le meurtre de Cédrika Provencher mais aucune accusation n'a été portée contre lui dans cette histoire.

À la suite d'une enquête et d'une surveillance policière qui s'était justement intensifiée à la suite de la découverte des ossements de la jeune fille le 11 décembre 2015, il avait finalement été arrêté pour possession et distribution de pornographie juvénile le 30 août dernier. 

Dans le cadre de leur enquête, les policiers avaient notamment installé une balise GPS sur son véhicule. Ils étaient également entrés de façon clandestine au commerce Emballages Bettez, de nuit, et au domicile de Jonathan Bettez pour y faire des copies miroir de son ordinateur. À l'été 2016, des dispositifs avaient aussi été installés afin d'intercepter ses communications vidéo et audio.

Bettez doit répondre à six chefs d'accusation pour possession, distribution et d'avoir accédé à de la pornographie juvénile entre novembre 2009 et septembre 2013. Sur ces fichiers, on peut voir entre autres des jeunes enfants âgés entre 3 mois et 12 ans victimes d'agressions sexuelles. 

Puisqu'il n'a pas d'antécédents, il bénéficie de sa liberté durant les procédures judiciaires mais il doit respecter certaines conditions dont celles de demeurer à la résidence de ses parents à Trois-Rivières, de ne pas changer d'adresse et de ne pas se trouver en présence de jeunes de moins de 16 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer