Vingt mois de prison pour avoir filmé sa soeur nue

Le jeune homme qui a filmé sa soeur... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le jeune homme qui a filmé sa soeur nue et qui a diffusé la vidéo sur Internet a écopé d'une peine de 20 mois de prison, mercredi, au palais de justice de Trois-Rivières.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le jeune homme de 26 ans qui a filmé sa soeur nue et qui a diffusé la vidéo sur le Web a finalement écopé d'une peine de 20 mois de prison.

Or, en tenant compte de sa détention préventive, il lui reste 14 mois à purger à compter de maintenant. C'est du moins la décision qui a été rendue par le juge Jacques Trudel, mercredi, au palais de justice de Trois-Rivières.

Du même coup, il a émis une recommandation afin que cet individu soit envoyé au Centre de détention de Percé afin qu'il bénéficie du traitement pour les délinquants sexuels, et ce, à la lumière des suggestions d'un sexologue et d'un agent de probation.

Rappelons que l'individu de Trois-Rivières, dont on doit taire l'identité pour protéger celle de sa soeur, a filmé celle-ci à son insu dans une salle de bain pour ensuite diffuser la vidéo à plusieurs reprises sur le Web pendant plus d'une année. La jeune fille n'avait que 17 ans. Des plaintes ont été portées et les policiers ont fait plusieurs démarches pour retirer la vidéo mais à chaque fois, elle était remise en ligne.

L'individu avait été arrêté une première fois en mars 2015. Il avait alors admis avoir filmé sa soeur mais avait nié toute distribution sur le Web, affirmant que son portable avait été volé. Il avait été libéré quelques jours plus tard avec des conditions, dont celle de ne pas utiliser Internet. 

Malgré tout, la vidéo revenait régulièrement sur le Web. Qui plus est, le nom de la jeune fille était associé à la vidéo. En juin 2016, de faux comptes Twitter et Instagram ont même été ouverts à son nom avec le qualificatif de «Bitch». 

Au terme d'une seconde arrestation en septembre 2016, le jeune homme de 26 ans a finalement plaidé coupable à des chefs de possession et distribution de pornographie juvénile et à des bris d'engagement. 

La cybersurveillance et l'infiltration virtuelle dont il avait fait l'objet avaient en effet permis de découvrir que l'adresse IP de l'individu qui avait ouvert le compte Twitter était le sien, plus précisément celui de la résidence d'étudiants où il demeurait. Lors de son arrestation, il venait de filmer la vidéo de sa soeur avec un autre appareil afin de la conserver sur une clé USB. 

Outre la peine de prison qu'il devra purger, il sera sous probation pendant trois ans avec un suivi pendant 18 mois. Il sera également inscrit au Registre des délinquants sexuels à vie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer