Affaire Cédrika Provencher: un deuil difficile

Le 11 décembre 2015, l'espoir de retrouver Cédrika... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le 11 décembre 2015, l'espoir de retrouver Cédrika Provencher vivante s'est envolé à jamais.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le 11 décembre 2015 est une date importante dans le dossier de la disparition de Cédrika Provencher. C'est ce jour-là que ses ossements ont été découverts par un trio de chasseurs à Trois-Rivières. Le Nouvelliste publie dans ses éditions de vendredi et de samedi une série d'articles sur cette histoire qui a marqué profondément la région et tout le Québec.

Le 14 décembre 2015, Henri Provencher s'était rendu... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le 14 décembre 2015, Henri Provencher s'était rendu à proximité des lieux de recherches de la SQ. Il avait pris le soin de jeter un coup d'oeil aux nombreux messages de sympathie exprimés par la population.

François Gervais, Le Nouvelliste

La clôture du terrain où a été retrouvée... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

La clôture du terrain où a été retrouvée Cédrika Provencher est toujours ornée d'un arrangement de branches de conifère formant les lettres de son prénom.

François Gervais, Le Nouvelliste

Le 11 décembre 2015, Henri Provencher a encaissé comme un coup en plein visage l'annonce de la découverte du corps de sa petite-fille Cédrika. Un an plus tard, M. Provencher confirme une évidence: le drame est toujours aussi difficile à accepter.

Cédrika Provencher a été portée disparue en juillet 2007. Elle a été retrouvée plus de huit ans plus tard dans un boisé du secteur est de Trois-Rivières. Douze mois se sont écoulés depuis les tristes événements. Selon ses propres dires, Henri Provencher essaie «d'avaler la pilule».

«Ce n'est pas évident. C'est difficile de penser que quelqu'un t'a privé d'une personne que tu aimais beaucoup», raconte Henri Provencher, avec le calme et la franchise qu'on lui connaît.

Malgré le temps qui passait, la famille nourrissait toujours l'espoir de retrouver Cédrika vivante. Le scénario espéré ne s'est pas matérialisé.

«Quand on m'a appelé, le 11 décembre (pour annoncer la nouvelle de la découverte de son corps), ça m'a cassé les bras. T'as beau te préparer, le coup frappe pareil. T'as toujours espoir tant et aussi longtemps que t'es pas devant une évidence. Mais quand tu sais, ça change le pattern» commente M. Provencher, en réprimant un rire un peu nerveux.

Henri Provencher éprouve toujours une grande incompréhension à l'égard des agissements de la personne responsable de l'enlèvement et de la mort de sa petite-fille. Voilà pourquoi il poursuit son travail à la direction de la Fondation Cédrika-Provencher.

«Quand tu vois ta famille triste, ton fils, ton épouse, ta fille, tu as une idée en tête: éviter que ça arrive à d'autres familles. Si on peut sauver juste un enfant, ce sera le plus beau des cadeaux.»

La famille Provencher a toujours eu le souci de maintenir l'intérêt de la population envers le cas de Cédrika. Selon Henri Provencher, les citoyens ont joué un rôle important dans les recherches pour la retrouver. Et c'est ce qui est arrivé il y a un an. Trois chasseurs qui se promenaient dans le secteur ont aperçu ce qu'ils croyaient être des restes d'un corps d'enfant.

«Ces gens ont pensé: ''Tout à coup que c'est Cédrika''. Et heureusement, car on la chercherait encore», raconte celui qui laisse aux parents de Cédrika le soin de faire le suivi de l'enquête policière.

M. Provencher n'a pas encore eu l'occasion de rencontrer les trois chasseurs. Il se promet de remédier à la situation, mais lève déjà son chapeau à leur vigilance.

Une rencontre du même genre avait eu lieu durant les recherches de la SQ après la découverte de Cédrika. Accompagné de son épouse, Louise, Henri Provencher s'était rendu sur les lieux le 14 décembre 2015 afin de remercier personnellement les policiers. Les poignées de main étaient sincères et les yeux roulaient dans l'eau durant ces rencontres, aussi brèves qu'intenses émotivement.

Le grand-père maternel de Cédrika, Jean-Marie Fortier, s'est aussi déplacé sur les lieux, le 15 décembre. Il tenait à se présenter à cet endroit afin de rendre hommage à sa petite-fille.

Les fouilles du secteur où ont été retrouvés... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

Les fouilles du secteur où ont été retrouvés des restes de Cédrika Provencher ont été menées par une armée de quelque 200 policiers dans la semaine du 13 décembre 2015.

François Gervais, Le Nouvelliste

Déploiement policier

L'annonce de la découverte du corps de Cédrika Provencher a causé un véritable tourbillon médiatique. Dès le 12 décembre, la rumeur était véhiculée sur les réseaux sociaux et circulait allégrement dans plusieurs salles de nouvelles. Le soir même, vers 23 h, la Sûreté du Québec confirmait que les ossements humains retrouvés dans ce bois situé près de la sortie 210 de l'autoroute 40 étaient ceux de Cédrika.

La Sûreté du Québec a alors lancé une vaste opération de ratissage des lieux qui aurait coûté près de 1 million $ Quelque 50 policiers étaient sur place le 13 décembre afin de retracer le moindre indice. Le lendemain, l'effectif grimpait à 200.

Ces membres de l'unité d'urgence et de l'unité d'urgence auxiliaire ont effectué un véritable travail de moine jusqu'au 22 décembre. Un poste de commandement a été érigé, question de faciliter le travail des enquêteurs. La SQ avait invité la population à fournir des renseignements à propos de ce dossier et l'appel a été entendu. Plus de 200 informations ont été traitées après la découverte de Cédrika Provencher.

À la suite de la disparition de la jeune fille de neuf ans en 2007, sa famille a joui d'un appui indéfectible de la part des habitants de la région et d'ailleurs dans ses nombreux efforts déployés pour la retrouver. L'annonce de la découverte de son corps a créé une onde de choc au sein de la population.

De nombreux citoyens se sont déplacés à proximité du poste de commandement de la SQ pour y déposer des messages offrant leurs condoléances, des gerbes de fleurs et une quantité impressionnante de peluches.

D'ailleurs, un arrangement de branches de conifères garni de peluches formant les lettres du prénom de l'enfant décore toujours la clôture du terrain donnant accès au lieu de la découverte de Cédrika. De nombreuses peluches ont passé l'année à la Roseraie Cédrika Provencher, le long du boulevard des Chenaux.

La confirmation de la découverte de Cédrika Provencher a eu des échos jusqu'à Ottawa et à Québec, les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard ayant réagi via Twitter.

La SQ est revenue sur les lieux le 21 juin. La police affirmait détenir de nouvelles informations qualifiées de crédibles. Une vingtaine de policiers spécialisés dans ce type de recherche avaient été assignés à ce secteur, accompagnés d'une quinzaine d'enquêteurs, de techniciens en identité judiciaire et du laboratoire de sciences judiciaires et service légal.

Cédrika Provencher... (Photo archives La Presse Canadienne) - image 3.0

Agrandir

Cédrika Provencher

Photo archives La Presse Canadienne

Depuis, l'arrestation de Jonathan Bettez a fait couler beaucoup d'encre dans les médias trifluviens et québécois. L'individu de 36 ans a comparu au palais de justice de Trois-Rivières le 30 août pour faire face à des accusations de possession et de distribution de pornographie juvénile, mais ce Trifluvien est au nombre des principaux suspects du meurtre de Cédrika Provencher. Les parents et la soeur de Cédrika faisaient partie des gens ayant assisté à sa comparution très médiatisée et très courue. 

La salle d'audience était bondée et le juge Jacques Trudel avait pris soin de lancer un appel au calme avant la comparution du suspect. Aussitôt remis en liberté, Jonathan Bettez avait été accueilli par une pluie d'injures à sa sortie du palais de justice. Une escorte policière avait été nécessaire afin d'assurer sa sécurité.

Cet événement suivait de quelques jours un autre moment fort émouvant pour la famille, soit la tenue des funérailles de Cédrika. Ces funérailles ont eu lieu dans l'intimité.

L'enquête policière est toujours en cours, confirme la Sûreté du Québec, qui n'a pas d'autres détails à partager publiquement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer