Les faits divers en bref

Un camion qui transportait du grain a fait... (Courtoisie)

Agrandir

Un camion qui transportait du grain a fait une sortie de route.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une sortie de route perturbe la circulation sur la route 159

La route 159 entre Saint-Roch-de-Mékinac et Saint-Tite a été fermée à la circulation une bonne partie de la journée, mercredi. Un camion qui transportait du grain s'est retrouvé dans une fâcheuse position après une sortie de route en début d'avant-midi près du lac Roberge. Le conducteur du véhicule a été blessé légèrement.

L'homme aurait perdu le contrôle avant de se retrouver dans le fossé, il a été transporté au centre hospitalier pour des blessures mineures. 

Les automobilistes ont dû emprunter un détour par les routes 153 et 155 jusqu'en milieu d'après-midi mercredi. La route a été fermée pour le remorquage du véhicule et la récupération du chargement.

Agression à Shawinigan

Un homme a subi des blessures sérieuses à la suite d'une agression survenue tôt samedi matin dans un appartement de la rue Champlain à Shawinigan.

L'homme de 25 ans qui vit à cet endroit aurait été battu par deux individus qui se seraient introduits chez lui. Appelés sur les lieux vers 5 heures du matin, les policiers ont constaté que l'homme se trouvant sur place était mal en point.

Ce dernier a alors été transporté à l'hôpital et on craignait pour sa vie à ce moment. Heureusement, son état s'est amélioré depuis et sa vie n'est plus en danger selon la Sûreté du Québec. Il est cependant toujours hospitalisé.

Une enquête est présentement en cours afin d'éclaircir les circonstances de cette agression. Elle a été confiée au service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec.

Leurre d'enfants sur Internet: Jean Saint-Onge plaide coupable

Au stade de son procès, Jean Saint-Onge a plutôt décidé de régler ses comptes avec la justice, mercredi, en lien avec du leurre sur Internet. 

L'individu âgé de 58 ans, de Trois-Rivières, a en effet plaidé coupable aux deux chefs de leurre portés contre lui par le procureur de la Couronne Me Jean-Marc Poirier, c'est-à-dire d'avoir communiqué sur Internet avec un enfant âgé de moins de 18 ans dans le but de commettre une infraction d'ordre sexuel.

L'une des deux victimes avait 15 ans. Il a communiqué avec elle en avril et mai 2012. Par contre, l'autre était en réalité une agente d'infiltration qui voulait le piéger. C'était en novembre 2012. Quant au chef de production de pornographie juvénile par ses écrits, il a fait l'objet d'un arrêt des procédures. 

Le tribunal a ordonné que des rapports présentenciel et sexologique soient confectionnés sur Jean Saint-Onge afin de le guider dans la sentence à prononcer. La cause a donc été reportée au 30 mars. 

Tout comme une dizaine de personnes, Jean Saint-Onge avait été arrêté en décembre 2012 dans le cadre d'une vaste enquête de la Sûreté du Québec pour leurre d'enfants sur Internet. Tous les hommes avaient été repérés sur Internet par l'équipe de cybersurveillance de la SQ, plus précisément par le Module d'enquête sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet. 

Comme il n'a pas d'antécédents de même nature, Saint-Onge a pu reprendre sa liberté durant les procédures judiciaires mais sous conditions dont celles de ne pas accéder à Internet, de ne pas posséder un ordinateur, téléphone cellulaire ou tout autre appareil permettant un accès à Internet et de ne pas communiquer avec des jeunes de moins de 16 ans. (Nancy Massicotte)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer