Agressions sexuelles: Daren Leclerc libéré sous conditions

Daren Leclerc... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Daren Leclerc

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Daren Leclerc, ce jeune homme de Saint-Luc-de-Vincennes qui fait face à des accusations d'agressions sexuelles sur trois femmes, a pu reprendre sa liberté, mercredi, au terme de son enquête sur caution.

Le juge Jacques Trudel lui a cependant imposé de très sévères conditions pour assurer la protection du public. Le prévenu et sa mère devront tout d'abord verser 1000 $ chacun en guise de caution.

Daren Leclerc devra également demeurer chez ses parents durant tout le processus judiciaire et respecter un couvre-feu de 20 h à 7 h sauf pour fins de travail et urgences médicales. 

Compte tenu des délits qui lui sont reprochés, il lui sera interdit d'être en présence physique de femmes à son domicile sur son invitation personnelle ou avec son seul accord. Il lui sera également interdit de communiquer avec les plaignantes et leurs familles, de se rendre à leur résidence, leur lieu de travail et de fréquentations scolaires et même d'approcher ces endroits à moins de 50 mètres. 

Toujours dans le même ordre d'idées, tout contact avec des personnes de moins de 18 ans lui est interdit sauf sous la supervision de ses parents. Il ne pourra pas non plus utiliser Internet, un téléphone cellulaire et une console de jeux pour communiquer avec des personnes de moins de 18 ans. 

Il devra compléter un suivi psychologique en externe en lien avec la gestion de la frustration, de la colère et de ses relations interpersonnelles. Enfin, il lui est interdit de posséder ou de consommer de la drogue et d'avoir des armes.

Rappelons que le jeune homme, qui a seulement 18 ans, a été arrêté le 2 novembre dernier. Il est soupçonné d'avoir agressé sexuellement trois jeunes femmes depuis la fin de septembre dernier, dont une qui était mineure. On lui reproche également des infractions de nature violente mais non sexuelle envers une quatrième jeune femme alors qu'il venait à peine d'atteindre sa majorité.

Détenu depuis son arrestation, il a subi une enquête sur caution afin de pouvoir reprendre sa liberté durant les procédures judiciaires. Le procureur de la Couronne, Me Hippolite Brin, a notamment appelé à la barre des témoins un enquêteur et une psychologue. La défense, assurée par Me Matthieu Poliquin et Me Alexandre Biron, a de son côté fait témoigner le prévenu et sa mère.

Notons toutefois que cette enquête a fait l'objet d'une ordonnance de non-publication sur la teneur de la preuve mais également sur les motifs qui ont conduit le juge à le libérer. 

Son dossier a été reporté au 21 février.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer