Affaire Jonathan Bettez: des éléments de preuve dévoilés vendredi

Jonathan Bettez a été arrêté le 29 août... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jonathan Bettez a été arrêté le 29 août dernier en lien avec la possession et la distribution de pornographie juvénile.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Certains éléments de preuve dans l'affaire Jonathan Bettez pourront vraisemblablement être publiés à compter de vendredi.

Après trois jours d'audiences qui se sont déroulés en majeure partie à huis clos, le juge Guy Lambert a effet annoncé en fin de journée mercredi qu'un document final résultant des discussions entre les parties allait être présenté pour approbation aux avocats jeudi.

S'il ne fait l'objet d'aucune contestation quant à son contenu, ce qui semble être le cas à première vue, il sera rendu public dès vendredi puisqu'il n'y a désormais plus d'opposition à l'ordonnance de non-publication.

On sait qu'un consortium de médias réclamait l'accès et la publication des éléments de preuve détenus par les autorités dans le dossier de Jonathan Bettez, cet individu accusé de pornographie juvénile. Or, la requête des médias faisait l'objet d'une contestation de la part du ministère public, Me Louis-Charles Bal, et de l'avocate de Bettez, Me Magali Lepage. 

Les documents en question sont les dénonciations et les mandats qui ont permis aux policiers d'arrêter Jonathan Bettez et de réaliser trois perquisitions ayant conduit à la saisie de matériel informatique. 

La majorité d'entre eux étaient largement caviardés, de sorte que plusieurs informations étaient cachées. Dans le cadre du huis clos, le juge Lambert a pris connaissance de ces éléments de preuve en présence des enquêteurs de la SQ afin d'évaluer les éléments qui pouvaient être rendus accessibles sans nuire à deux principes fondamentaux, soit le droit du public à l'information et le droit de l'accusé à un procès juste et équitable.

Tous les avocats, tant ceux des médias, de la défense que du ministère public, ont ensuite plaidé, mercredi, devant le tribunal mais sans la présence des médias pour justement en arriver à une entente finale sur les éléments qui devaient être rendus publics ou non.

À la lumière des résultats, l'ordonnance de non-publication sera du même coup levée. C'est ainsi que vendredi, des extraits de ces mandats pourront être publiés alors que d'autres resteront caviardés.

Même s'il fait l'objet de soupçons dans l'enlèvement et le meurtre de Cédrika Provencher, aucune accusation n'a été portée contre lui depuis la disparition de la fillette en 2007. Il a plutôt été arrêté le 29 août dernier en lien avec la possession et la distribution de pornographie juvénile pour des événements survenus entre 2009 et 2013. Des perquisitions avaient notamment été réalisées chez Emballages Bettez, ainsi que dans deux résidences situées sur les rues Goyer et Arthur-Guimont.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer