Les faits divers en bref

Branle-bas de combat au parc des Chutes à La Tuque (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Branle-bas de combat au parc des Chutes à La Tuque

Les services d'urgence ont été appelés en fin d'après-midi mercredi pour un sauvetage nautique au parc des Chutes à La Tuque.

Un individu aurait possiblement eu l'intention de sauter dans la petite rivière Bostonnais, toutefois personne n'a été témoin du geste.

Des recherches ont été effectuées sans résultat jusqu'en début de soirée et pourraient reprendre jeudi. Par ailleurs, aucune disparition n'a été signalée à la Sûreté du Québec.

Un homme utilise les médias pour retrouver un voleur

Furieux de s'être fait vandaliser et voler des médicaments dont de la morphine dans sa résidence de la rue Viger à Shawinigan, Daniel Héroux a décidé de faire parvenir une lettre au Nouvelliste pour retrouver le présumé voleur.

M. Héroux mentionne qu'il croit déjà avoir identifié l'individu malhonnête car il a pu visionner la vidéosurveillance du dépanneur situé à proximité de chez lui. Il accepte toutefois de ne pas porter plainte à la police si l'individu vient lui remettre les doses subtilisées au cours des prochains jours.

Dans sa lettre, l'homme donne un ultimatum au présumé individu fautif en lui laissant la chance de rendre la médication sans être accusé de quoi que ce soit s'il accepte de la déposer dans un des points de services suivants.

Dans sa lettre, M. Héroux mentionne notamment que «si tu me rapportes mes choses soit à la SQ, au dépanneur, à la tablée du centre-ville (4e rue de la Pointe), à l'Armée du Salut du centre-ville (4e rue de la Pointe), ou rapporte les fruits de ta vente je porterai pas plainte.»

Il se questionne toutefois à savoir pourquoi le présumé voleur a été tenté de commettre ce geste. «Pourquoi avoir vandalisé les murs extérieurs, parce que tu n'as pas trouvé de tabac comique, de course ou vert?»

Enfin, le Shawiniganais termine sa lettre en expliquant que cette prescription lui est essentielle pour pouvoir fonctionner normalement. «Vois-tu, je consomme seulement des médicaments prescrits pour pouvoir fonctionner, pas pour me geler la face. Si tu me rapportes mes affaires, je ne porterai pas plainte.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer