Cri du coeur pour retrouver sa fille en fugue

La fille de 16 ans de Kim Giroux, Allyson... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La fille de 16 ans de Kim Giroux, Allyson Lefebvre-Giroux, est en fugue et n'a pas donné de nouvelles depuis le 9 novembre dernier.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sainte-Geneviève-de-Batiscan) Les proches d'Allyson Lefebvre-Giroux vivent des heures d'angoisse depuis que la jeune fille de 16 ans s'est sauvée du palais de justice de Trois-Rivières le 9 novembre dernier. Sa mère lance un cri du coeur et lui demande de rentrer à la maison, ou à tout le moins de donner signe de vie.

Allyson Lefebvre-Giroux.... - image 1.0

Agrandir

Allyson Lefebvre-Giroux.

Les traits tirés et visiblement affectée par la fugue de sa fille aînée, Kim Giroux confie ne pas dormir beaucoup depuis une semaine. Elle a d'ailleurs très hâte que sa fille se manifeste pour que la tension baisse d'un cran. Elle tient à mentionner à cette dernière qu'elle ne lui en veut pas d'avoir agi de la sorte et que tout ce qu'elle désire, c'est la retrouver.

«Je veux qu'elle sache qu'on l'aime de tout coeur. C'est un amour inconditionnel. Elle a beau faire ou avoir fait des choses [réprimandables], tout ce que l'on veut, c'est qu'elle soit avec nous. Je veux qu'elle revienne. Je suis prête à ce qu'elle ne dévoile pas avec qui elle était. On ne veut pas de noms, on veut juste qu'elle nous appelle pour nous dire où on peut aller la chercher, et ce, jour et nuit», lance-t-elle.

Ce n'est pas la première fois que la jeune fille décide de partir sur un coup de tête sans avertissement pendant plusieurs jours. Mais selon sa mère, elle n'a jamais fugué aussi longtemps sans donner aucune nouvelle.

Elle mentionne cependant que l'état d'esprit dans lequel se trouvait Allyson dans les instants qui ont précédé sa fugue laissait présager le pire. Elle était en effet très en colère alors qu'elle se trouvait au palais de justice avec ses parents.

Ceux-ci voulaient obtenir une ordonnance d'un juge permettant de l'envoyer dans un centre de réadaptation pour qu'elle puisse obtenir de l'aide pour régler son problème de consommation de drogue. Lors d'une pause de l'audience, elle a alors réussi à s'enfuir.

La mère est par contre consciente que toute cette histoire ne sera pas terminée au moment où Allyson reviendra. Pour elle et le père de l'enfant, il est impératif que la jeune fille obtienne de l'aide pour surmonter son problème de consommation.

«On sait qu'elle va aller en C.R. (centre de réadaptation) peu importe ce qui arrive, mais nous allons l'accompagner. Nous ne sommes pas contre elle, mais avec elle là-dedans. En famille, on va s'en sortir», ajoute-t-elle.

Les histoires de fugueuses recrutées par des dirigeants de réseau de prostitution juvénile dans la région de Montréal qui ont défrayé la manchette au cours des dernières semaines font craindre le pire à Mme Giroux.

«C'est sûr que dans l'état où elle est et avec sa consommation, elle pourrait être facilement manipulée», poursuit-elle, visiblement préoccupée.

Plus de 200 avis de recherche

Ne voulant pas rester à ne rien faire, la mère d'Allyson a distribué plus de 200 avis de recherche dans différents secteurs de Trois-Rivières. Elle a ciblé des quartiers où sa fille est susceptible de se trouver.

Allyson réside à Sainte-Geneviève-de-Batiscan, mais fréquente l'école secondaire Les Pionniers de Trois-Rivières. L'adolescente a les cheveux noirs, le teint pâle et les yeux verts. Elle mesure 5 pieds 6 pouces et pèse 120 livres.

Selon les policiers, elle pourrait porter un manteau noir à capuchon de fourrure, un legging noir ainsi que des espadrilles blanches.

Toute personne ayant de l'information à partager pouvant permettre de retrouver cette jeune fille en fugue peut communiquer avec la Direction de la police de Trois-Rivières au 819 691-2929.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer