Épinglé grâce à une activité de sensibilisation de l'Académie les Estacades

Coupable de crimes sexuels envers des adolescents, Anthony... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Coupable de crimes sexuels envers des adolescents, Anthony Arvisais agissait en tant qu'adjoint au préposé à l'équipement des Tigres.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Un membre de l'organisation des Tigres de Victoriaville a plaidé coupable, lundi, à trois chefs d'accusation pour des crimes de nature sexuelle commis entre décembre 2015 et mars 2016 alors qu'il travaillait pour l'Armada de Blainville-Boisbriand.

Selon ce qui a été mis en preuve, le préposé à l'équipement Anthony Arvisais avait établi un lien de confiance avec plusieurs joueurs de l'Académie les Estacades de Trois-Rivières. Il leur donnait accès à du matériel à prix réduit en échange de faveurs sexuelles. Il leur demandait notamment des photos de nudité.

Le directeur général des Félins, Kevin Cloutier, est tombé des nues lorsque La Tribune lui a appris la nouvelle. Il ne se doutait pas que le jeune homme, qui oeuvrait à titre de bénévole au sein de la formation, était mêlé à ce genre d'histoire.

« C'est dégueulasse, ça n'a pas de sens. Je n'étais pas au courant. Lorsque l'adjoint de Pat Léonard a quitté pour se joindre à l'Armada, il s'est offert et nous l'avons pris. Nous n'avions rien à dire sur son travail, mais c'est sûr que ce genre de chose, ça ne marche pas avec moi », indique l'homme de hockey.

Le président, Charles Pellerin, a été tout aussi surpris d'apprendre qu'un membre de son organisation, qui devait côtoyer les jeunes joueurs sur une base régulière, ait pu s'adonner à de tels méfaits. Il s'étonne également de n'avoir obtenu aucun son de cloche en provenance de l'Armada.

« On est tombé sur le cul. J'imagine que l'Armada le savait. Pourquoi ne nous ont-ils rien dit? C'est une bonne question. Chose certaine, nous avons avisé Anthony qu'il ne faisait plus partie de l'équipe », affirme-t-il.

Est-ce que les Tigres auraient pu faire preuve de plus de vigilance au moment de le recruter? Charles Pellerin croit que oui, mais il explique qu'on ne recrute pas un bénévole de la même façon qu'un salarié et qu'il est plutôt rare qu'un candidat ait ce type de profil.

Activité à l'école

C'est une activité de sensibilisation auprès des hockeyeurs de l'Académie les Estacades de Trois-Rivières qui a permis de découvrir le pot aux roses. Au cours d'un exercice en lien avec le partage de pornographie juvénile sur les réseaux sociaux, un intervenant a demandé aux jeunes si certains avaient partagé des photos de leurs organes génitaux.

« Un ou deux jeunes sont allés voir l'intervenant et lui ont demandé si c'était normal cette affaire-là. La direction (de l'école) les a rencontrés et des plaintes ont été déposées. Tout le monde a fait du bon travail là-dedans », insiste le coordonnateur du programme sport-études de Hockey Mauricie, Daniel Paradis.

Selon ce dernier, les hockeyeurs concernés n'ont pas conservé de séquelles importantes de cette intrusion. En fait, tous les jeunes ressortent de cette expérience mieux préparés en étant plus sensibles à l'importance de ne pas étaler leur nudité.

« L'école a été proactive dans ce dossier et ça a évité qu'il y ait d'autres jeunes victimes de cet homme ou que d'autres individus soient tentés de faire de même », résume-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer