Vol de sirop d'érable: trois accusés coupables

Richard Vallières a été reconnu coupable du vol... (Olivier Croteau)

Agrandir

Richard Vallières a été reconnu coupable du vol de sirop d'érable de 18,7 millions $. Le juge a ordonné sa détention samedi matin à la suite du jugement de culpabilité prononcé par le jury.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le jury a tranché. Trois des quatre accusés en lien avec le vol de 18,7 millions $ en sirop d'érable ont été reconnus coupables samedi matin au palais de justice de Trois-Rivières.

Le père de Richard Vallières, Raymond Vallières, a... (Sylvain Mayer) - image 1.0

Agrandir

Le père de Richard Vallières, Raymond Vallières, a été reconnu coupable des chefs d'accusation qui pesaient contre lui.

Sylvain Mayer

Le jury aura donc pris moins de trois jours pour en arriver à un verdict. Étienne Saint-Pierre, Richard Vallières et son père Raymond Vallières ont tous été reconnus coupables des accusations de vol de sirop d'érable, de fraude envers la Fédération des producteurs acéricoles du Québec ainsi que de recel. 

De son côté, Jean Lord a été acquitté des accusations qui pesaient contre lui. Ce camionneur avait plaidé qu'il ne savait pas que les biens qu'il transportait étaient volés. Le jury a cru cette version et l'a acquitté, ce qui est considéré comme «raisonnable» par la poursuite.  

La Couronne a demandé la détention des trois individus reconnus coupables. Or, le juge Raymond W. Pronovost a déterminé que la détention n'était nécessaire que pour Richard Vallières. 

«Le jury a conclu que Richard Vallières avait commis ses crimes et qu'il avait une position de dirigeant, qu'il avait une implication beaucoup plus importante que les autres», précise le procureur de la Couronne, Me Julien Beauchamp-Laliberté. 

«Pour une saine administration de la justice et pour avoir un message clair à la société, l'individu devait demeurer détenu, et ce, à compter d'aujourd'hui [samedi].»

La cause sera de retour devant le tribunal le 27 janvier prochain afin de fixer une date pour les représentations sur sentences. D'ici là, des rapports présentenciels seront réalisés. «Les trois accusés seront rencontrés par des spécialistes afin de connaître les raisons et leurs motivations derrière le crime», souligne le procureur des poursuites criminelles et pénales en notant que la justice prévoit normalement des peines variant entre 6 à 10 ans de pénitencier pour des vols et des fraudes de cette 

ampleur.  

L'avocat de Richard Vallières, Me René Duval, a toutefois déjà manifesté son intention de porter le verdict en appel en plus de demander la libération de son client le temps que l'appel soit entendu.

Étienne St-Pierre a été reconnu coupable par le... (Sylvain Mayer) - image 2.0

Agrandir

Étienne St-Pierre a été reconnu coupable par le jury.

Sylvain Mayer

Le procureur de la Couronne, Me Julien Beauchamp-Laliberté... (Olivier Croteau) - image 2.1

Agrandir

Le procureur de la Couronne, Me Julien Beauchamp-Laliberté

Olivier Croteau

«Voler des voleurs, c'est pas voler»

Le procès a démontré que Richard Vallières en avait gros contre la Fédération des producteurs acéricoles du Québec. Selon un témoignage entendu lors du procès, le principal responsable de l'important vol de sirop d'érable a déclaré que de: «Voler des voleurs, c'est pas voler».

C'est en suivant cette logique qu'il a, avec ses complices, volé du sirop d'érable valant pas moins de 18,7 millions $ dans l'entrepôt de la fédération à Saint-Louis-de-Blandford. 

Lors des nombreux vols, qui se sont déroulés du mois d'août 2011 au mois de juillet 2012, les barils étaient transportés de l'entrepôt de la Fédération vers l'érablière de Raymond Vallières située à Saint-Adalbert ou vers un entrepôt de Montréal afin d'être vidés de leur précieux sirop. Les barils étaient par la suite remplis avec de l'eau puis retournés dans leur lieu d'entreposage. 

Selon la preuve déposée en cour, 104 barils ont même dû être achetés, peinturés aux couleurs de la Fédération, puis déplacés dans l'entrepôt pour ne pas éveiller les soupçons.

Les voleurs ont ainsi pu dérober plus de six millions de livres de sirop, ce qui représente 9571 barils sur les 16 224 de l'entrepôt.

La Fédération a découvert l'arnaque en août 2012 lors d'un inventaire. Le bas de certains barils était rouillé et boueux, bien que le plancher de l'entrepôt était en béton. 

«C'est un vol qui est inusité», affirme Me Beauchamp-Laliberté. «C'est un vol qui se démarque par l'ampleur et le bien volé, soit du sirop d'érable. Parallèlement, il y avait tout un système de fraude et de marché noir d'achat et de vente de sirop d'érable.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer