Une peine de 12 ans réclamée pour Éric Roch

Éric Roch...

Agrandir

Éric Roch

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Éric Roch, cet individu qui a plaidé coupable à 46 accusations en mai dernier, devra patienter jusqu'au 18 novembre pour connaître la sentence qui lui sera imposée par le juge Jacques Lacoursière.

Rappelons que parmi les nombreux crimes reprochés à Roch, il s'était notamment introduit au beau milieu de la nuit en mai 2015 dans la résidence d'une sexagénaire demeurant dans le secteur Sainte-Marthe-du-Cap.

Il l'avait menacée avec un couteau, l'avait enlevée, amenée de force dans son véhicule avec l'intention de l'obliger à retirer de l'argent dans un guichet automatique pour finalement être arrêté après une courte poursuite policière et un accident. La victime avait réussi à se sauver lors d'un arrêt dans un dépanneur.

Cette dernière était d'ailleurs présente dans la salle d'audiences pour témoigner des impacts que cette agression avait eus dans sa vie. Elle a raconté vivre désormais dans la peur, elle qui n'était pas une peureuse de nature.

«Je me sentais en sécurité dans ma maison mais depuis, j'ai peur tout le temps», a-t-elle indiqué en pleurant. Elle a de la difficulté à se sentir bien et n'ose même plus faire des feux extérieurs près de sa maison.

«Je ne souhaite cela à personne. Tout ça pour de l'argent», a-t-elle ajouté. 

Outre les nombreuses séquelles psychologiques, elle a dû se doter d'un système d'alarme et s'endetter pour acheter un nouveau véhicule. Elle a donc demandé au tribunal d'imposer à son agresseur une sentence conséquente aux actes posés. 

Pour sa part, Éric Roch a tenu à s'excuser auprès de la dame en lui disant qu'il n'était pas dans un état normal à ce moment. «Je veux m'excuser sincèrement. Vous ne méritiez pas ça», a-t-il mentionné.

Or, la liste de ses crimes est très longue: séquestration, voies de fait causant des lésions, voies de fait armées avec un couteau et menaces contre une femme qu'il fréquentait depuis quelques mois.

À cela, il faut ajouter une trentaine d'introductions par effraction et de vols dans des résidences et des commerces, le vol d'un VTT, trois tentatives de vols de véhicules et deux bris d'engagement.

Le procureur de la Couronne Me Jean-Marc Poirier, a donc réclamé une peine de 12 ans de prison. Il aimerait aussi que Roch ne soit pas admissible à une libération conditionnelle avant d'avoir purgé la moitié de sa peine. 

Compte tenu de la gravité de ses crimes et de ses antécédents judiciaires, Me Poirier a aussi demandé que Roch soit déclaré délinquant à contrôler. Il a rappelé que le risque de récidive était élevé; au cours des 20 dernières années, Éric Roch en a passé 17 derrière les barreaux. Il croit donc que l'ordonnance de surveillance suivant sa peine de prison devrait se situer entre huit et dix ans. 

Me Yvan Braun a pour sa part suggéré une peine de huit ans de prison pour son client, suivie d'une surveillance de cinq ans tel que recommandé dans le rapport d'évaluation de l'Institut Philippe-Pinel visant à le faire déclarer délinquant à contrôler.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer